17. macération en rouge

Jour 4

Journée de si j'avais et autres points d'interrogations.

Passé au travers tant bien que mal. J'émerge.

Le soleil, ça aide.

Remué la mixture de moût vers 9h45, 16h30 et 20h45. Le ferai une autre fois tout à l'heure avant que l'essentiel de cette magnifique journée ne sombre définitivement dans l'immonde noirceur de l'oubli.

Il a fait beau et chaud pour un premier jour d'automne. Mes anxiétés existentielles étant ce qu'elles sont, j'ai couru jusqu'à Ville d'Anjou pour ouvrir la lourde porte d'une boutique où faire provision des babioles, qui manquaient pour mener à sa prochaine étape la fermentation de mes chers petits raisins. Qui n'ont plus de raisins que le nom.

Pas fait de photos du moût en phase de macération. À peu près pareil qu'hier.

Pas fait de photos non plus des bidules que j'ai achetés. Tout le monde peut visualiser sans besoin d'images ce que sont : une bonde aseptique 3 pièces [ou barboteur] et un bouchon perforé [pour la fixer au goulot de la grosse bouteille], une cuillère de plastique blanche de 70 cm, un densimètre R&L, un tube 3/8" rigide de 24 po. de long, un tube flexible 5/16". Et pour finir une tourie en verre de 11,3 litres. J'aurais adoré trouver une dame-jeanne mais il semble qu'il ne s'en fabrique plus. Trop cassant.

La magie de la densimétrie étant ce qu'elle est, j'ai placé le densimètre dans une petite éprouvette de jus de moût filtré avec une petite passoire tout à l'heure et j'y ai lu un potentiel de 18% d'alcool.

Pardon ?