166. la sagittaire

Ma deuxième belle fleur inconnue, je l'ai trouvée les pieds dans l'eau, sur le bord du lac tout près du quai. Oh ! surprise, c'est une sagittaire, comme moi.

sagittaire1.jpg

Sagittaire, 15 août 2011

J’espère juste ne pas avoir commis d’erreur d’identification. Mais je ne crois pas. Comme ils la décrivent, elle est immergée en partie, les fleurs sont blanches et les feuilles sont dressées un peu comme des flèches et en forme de coeur. 

Mais le nom de la plante n'a rien à voir avec le signe astrologique. Selon le dictionnaire [Robert 2007], la sagittaire est une « plante aquatique herbacée (alismacées) aux feuilles aériennes sagittées, appelée aussi flèche d'eau. Sagette. »

Sagittaria sagittifolia

Extrait de Wikipedia : Son nom vient du latin sagitta, la flèche, en référence à la forme des feuilles. Noms communs : flèche d'eau, flèchière, sagette. Anglais : arrowhead. Allemand : Pfeilkraut. Espagnol : saeta de agua. Italien : saetta. Description : C'est une plante aquatique, vivace, répandue dans les régions tempérées du vieux continent (Europe, Russie, Chine), et très commune dans les plans d'eau et les cours d'eau. Exemple de polymorphisme foliaire, elle présente trois types de feuilles : des feuilles dressées hors de l'eau en forme de flèche aiguë, des feuilles nageantes arrondies en forme de cœur, et des feuilles immergées allongées en forme de ruban. Les fleurs, de couleur blanc rosé, sont disposées le long de la tige par verticilles de trois, les fleurs mâles en haut et les fleurs femelle dessous. La tige souterraine forme de nombreux rejets terminés en tubercules, qui servent à la multiplication. Cette plante est cultivée pour la décoration des pièces d'eau. Il en existe une variété horticole à fleurs doubles. Elle est considérée comme plante envahissante aux États-Unis. D'autres espèces du genre Sagittaria sont cultivées pour l'ornementation des aquariums.

L'Image : Sagittaria sagittifolia. Famille : Alismataceae. Original book source: Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé Flora von Deutschland, Österreich und der Schweiz 1885, Gera, Germany. Source: wikipedia.org

J’aime beaucoup la sagittaire. Je regrette juste de ne pas avoir fait de gros plans des fleurs. Pas pensé. J’ai passé beaucoup de temps à l’admirer.

J’avais même envie de goûter aux feuilles ou de croquer les bourgeons tout ronds, m’imaginant qu’ils étaient délicieux et piquants comme des câpres et les feuilles douces et tendres comme des épinards. Mais j’ai résisté. Pas goûté du tout, même pas un petit bout de feuilles ou de fleur. Et si la plante était toxique, me disais-je ? Pas envie de vomir toutes mes vacances ou pire, d’y rester.

Mais ce réflexe de goûter n’était pas si farfelu ! Pourquoi ne pas suivre ses instincts, ou en tout cas certaines attirances. D’habitude je goûte à tout, pourtant.

En fouillant, j’ai découvert que les japonais consomment les bulbes. C'est le Kuwai [bulb of arrowhead], l’un des mets composant les « osechi », un plat traditionnel du Japon, servi au Nouvel an.

Matsukasa Kuwai 松笠慈姑 : Auspiciousness
. The kuwai bulb produces a large sprout, and this is a symbol of growth and development. The bulb is cut into the shape of a pine cone, the pine tree, in Japanese culture is a majestic and auspicious symbol. Source : kyotofoodie.com

Finalement, durant mes vacances, je n’avais pas l’internet, et je ne savais donc pas que les bulbes de sagittaire étaient comestibles. Je ne savais même pas que cette plante était une sagittaire. Tout à l’heure, en faisant des recherches sur le Kuwai, j’ai trouvé des images du bulble [superbe!] et même quelques recettes dont celle du Deep fried Kuwai.

deepfriedkuwai.jpg

Après les avoir lavés et fait bouillir pour les peler, ils les font simplement frire durant 6 à 8 minutes jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés. Saler, déguster. Paraît que c'est croquant, savoureux et que ça goûte un peu les pommes de terre. Miam. Quand je vais retourner au chalet, je vais prélever quelques bulbes et tester la recette [je pourrais peut-être même en faire de la bonne poutine ;-)]

On se calme. En cherchant plus loin, j'apprends qu'ici même, au Québec, des gens récoltent les bulbes de Sagittaria latifolia [donc pas la même que la sagittifolia, ci-haut]. Lien important ici, vers le site de Téléquébec, il y a un reportage de l'émission Coureur des bois [émission du 24 mai 2010] où j'ai prélevé cet extrait concernant la petite histoire de la plante :

Dans tous les milieux où elle pousse, la sagittaire sert de nourriture à plusieurs animaux : les rats musqués, les castors et des dizaines d’espèces de canards se délectent des tubercules et des graines. Dans les milieux inondés, elle abrite toute une faune de poissons, de mollusques et d'insectes.

La sagittaire a fait partie des plantes indigènes comestibles les plus précieuses pour les Amérindiens. Les tubercules étaient mangés crus malgré leur goût amer, ou cuits dans l’eau ou sur les braises. Ils étaient aussi coupés en rondelles et enfilés pour le séchage, et ensuite réduits en farine blanche au goût de noisette qui servait à fabriquer des pains ou épaissir les soupes tout au long de l’hiver. Infusés, les tubercules de sagittaire servaient entre autres à nettoyer les blessures et soigner les problèmes cutanés. La cueillette était réservée aux femmes qui délogeaient les tubercules de la vase pieds nus à des températures parfois très froides!

Il y a même une photo du tubercule, des recettes et plein de renseignements intéressants.

J'aurais jamais pensé, quand je faisais des photos de fleurs sauvages, qu'elles m'amèneraient aussi loin. M'apprendraient autant.

sagittaire.jpg

Sagittaire, 15 août 2011

C'est clair que je vais aller en cueillir cet automne. Avec mes grandes bottes de caoutchouc. Finalement mon idée de poutine à la sagittaire n'était peut-être pas si folichonne. Ou autre recette. J'essaierai très certainement le Deep fried kuwai, ça a l'air tellement bon !

[Je sais. Cette page fait un peu désordre, je l'ai écrite au fur et à mesure de mes recherches. Et donc quand j'ai écrit le premier mot, je ne savais pas du tout ce que j'allais découvrir ni comment je conclurais : une sorte de work in progress ou de happening ! Désolée si ça embrouille un peu la lecture. Mais comme ce n'est que mon journal et non un article à des fins didactiques ou de communications, ces petits soucis de méthode et d'écriture n'ont aucune importance, n'est-il pas ?]

Et pour rendre la chose encore plus biscornue, pourquoi ne pas aller voir l'horoscope du jour de la sagittaire que je suis ? Une fois n'est pas coutume, d'autant plus que je n'y crois pas du tout.

Je clique sur le premier site dans Google, à Sagittaire, c'est écrit :

Soleil en Vierge, Lune en Cancer.

Note du jour: 8/10. Vlan! Êtes-vous mûr pour un vendredi endiablé? La récolte est abondante en plaisir. Les étoiles éclairent vos horizons. Ayoye! On y va pour vos coups de passion? Et n’oubliez pas d’abuser, le cosmos va vous pardonner! Au travail? Rien de telle qu’une offre agréable pour vous donner de la colonne. Et elle s’en vient sous peu. Voyez-vous les changements qui s’opèrent au boulot? L’amour? Si vie à deux il y a, il se pourrait qu’un bébé cadeau se conçoive. Vous êtes prêt pour ce genre d’expérience? Le ciel est prolifique. Wow!

Les changements, le plaisir, la passion, l'amour. Une grosse récolte, pourquoi pas. Mais ne pourrait-on pas remplacer le bébé par la publication de mon dernier [ou premier] roman ? Zut. J'ai pas fini.