Mes recherches se poursuivent, côté jardinage à Montréal. Très encourageantes. Je savais que je n'étais pas la première à explorer du côté de l'agriculture urbaine [je n'ai pas encore entamé les recherches sur la permaculture urbaine, prochaine étape]. Mais je voyais ça un peu comme un rêve, au début, considérant mon ignorance sur la question. C'est ainsi que plus je me renseigne, plus je constate que je pourrai cultiver des fleurs, des herbes, des légumes et même des vignes et avoir une production équivalente à celle de la campagne, à condition que je fabrique ou achète le matériel nécessaire et aussi que j'étudie à fond les théories et méthodes.

Je n'ai pas encore mesuré l'espace dont je dispose. À l'horizontale, c'est le sol de la cour arrière plus la galerie arrière et la galerie avant. À la verticale, il y a tout ce que je peux suspendre, et aussi ce que je peux placer sur des tablettes [à construire et fixer sur des supports solides] sans que les uns ne fassent trop d'ombre aux autres.

Première trouvaille : les bacs Biotop. Sur le site des Urbainsculteurs. Ce sont des bacs « conçus pour optimiser la production végétale. Le design des enceintes de culture combiné aux composantes fournies avec le système créent des conditions de croissance optimales pour tout type de plantes. Résultat : une production 2 à 3 fois supérieure à celle observée en pleine terre, et une récolte moyenne de 7 livres par bac chaque saison. » Wow. Beaucoup d'informations, plusieurs sites qui en parlent. Deux points de vente à Montréal, des séances d'information, un document format pdf qui décrit en détail la méthode de culture, je suis impressionnée. En plus il y plusieurs médias qui en ont parlé [coudonc, j'étais où moi que j'ai pas eu vent de cette affaire là ?] et puis des photos. Déception : les images montrent que ça semble bien pousser, les récoltes sont super, mais l'apparence, j'aime moins : c'est rectiligne, droit, blanc, uniforme et sans surprises comme dans les potagers trop sages. Et puis c'est cher : 65$ le bac. Oups.

Deuxième trouvaille : rooftopgardens.ca ou Les jardins sur les toits. Les voilà mes bacs avec réservoirs d'eau. Avec le Guide pour réaliser son jardin alimentaire sur le toit. Bon, je n'ai pas de toit, mais je saurai adapter le tout à ma petite cour. Les bacs ressemblent [de l'extérieur] à ceux de... en fait ils ont l'air des frères ou des cousins de ceux que j'ai découverts côté anglophone. Ce type de bacs me plaît davantage que les Biotop car plus économiques, si jamais je décidais d'en acheter [40$]. Mais comme je veux les fabriquer, il ne me reste plus qu'à lire le Guide et comparer les bacs avec les SIP d'avant hier et ensuite choisir le modèle qui sera le mien, compte tenu des matériaux qui je pourrai trouver en quincaillerie et dans les centres de jardinage. Je lis : « Cette technique offre de nombreux avantages pour le jardinier urbain : valorisation du compost maison, jusqu'à 5 jours d'autonomie en eau, facilement déplaçable et adaptable, bonne qualité de sol garantie, coût abordable, facilement reproductible. » C'est exactement ce que je cherchais. Ou presque. Ça mérite réflexion.