97. le pied dans les pois

le pied dans les pois

Couchée tard. Levée tôt. L'eau de la mer est glacée, l'air brûlant. Les gens disent que les beaux jours de l'été sont revenus, ils n'en reviennent pas. Découvert le parc Acadia, vaste réserve de beauté pure. Arpenté les sous-bois, rêvé sur les petites plages de galets multicolores, escaladé les sentiers, roulé sur les routes en lacet dans les hauteurs, longé le précipice, écouté et vu plein de chants d'oiseaux, les grillons, un vieux cd de Neil Young, le Stabat Mater. Photographié la verge d'or, les rochers, un kayak, la rose sauvage, le sable, la fougère millénaire, un jeune garçon qui courait en criant comme une mouette, les petits bouleaux, les galets, les blancs voiliers pas plus gros que des papillons posés sur l'eau bleue, l'ombre des pruches, une vieille dame, les dunes, les grosses vagues, et mis le pied dans une grosse talle de feuillages bleu vert ronds accrochés par grappes sur des tiges grimpantes et rampantes identiques à des plants de petits pois. Sauvages ?