87. un vigoureux coup d'ailes

J'arrive au soir avec une étrange impression d'avoir couru toute la sainte journée à gauche et à droite. Et pourtant non. C'était l'immobilité du travail ordinaire, bien organisé et détendu. Efficace. Le plus beau moment n'a duré que quelques instants, même pas quinze minutes. Une rencontre. Et je me suis retrouvée devant un regard fait de deux grands lacs brun vert et profonds, intense et comme égaré ou désemparé au sortir d'un rêve jeté entre son monde et le mien avec des deux bords des tourbillons d'eau pure, une terre à moitié folle et du sang bouillant. Au début ça m'a un peu déstabilisée et je ne savais pas lire et puis j'ai bien regardé ces yeux-là autant que je pouvais et j'ai aperçu un large et droit chemin de traverse qui pouvait entrer vers ce qu'il y a de plus étranger et animal à l'intérieur de ce qui doit être quelque chose comme une âme. Cet espèce de grand réservoir imaginaire avec des chevaux peints en rouge sur les murs. Et le regard vert sans le savoir me cisaillait la peau de l'intérieur et en même temps je le lisais mot à mot, incrédule et confiante. J'aurais voulu lui dire vous m'avez manqué puisque je le retrouvais après plusieurs mois de séparation. Et je n'ai pas osé, j'aurais voulu le laisser donner dans l'air un formidable et vigoureux coup d'ailes et tout bouleverser autour de nous et qu'il m'emporte sur un cheval blanc avec un violon qui vole comme dans un tableau de Chagall, mais il avait l'air si perdu et je ne m'y attendais tellement pas que je me suis perdue là-dedans avec lui et nous avons discuté de diverses choses essentielles qui n'ont aucun sens. Je sentais bien que quelque chose en lui souffrait et je n'y pouvais rien. Je sais que je n'ai pas rêvé. Après, je n'ai pas attendu l'ascenseur et pris l'escalier pour descendre. Il était rempli d'oiseaux.

runaway

Entre l'heure du lunch avec une collèque charmante et le dîner avec R., mes doigts ont couru sans arrêt sur le clavier [off line]. Avec quelques pauses pour lire Runaway, de Alice Munro. Retenu :

The dream was suffused with a sticky horror. Not the kind of horror that jostles its shapes outside your skin, but the kind that curls through the narrowest passages of your blood.

When she woke that feeling was still with her. She found the dream shameful. Obvious, banal. A dirty indulgence of her own.

Ce n'est pas avec des mots que cette femme-là écrit, mais bien avec de la soie.