79. tout l'temps

Egon Schiele : Homme debout avec serviette rouge

Les plus rusés lecteurs auront noté le nouvel habillage de la page en l'honneur de l'été encore neuf et déjà si intense et brûlant, comme pour nous cuire à petit feu. Et pour l'espoir, je découvre le vert.

Si tu savais comme je t'attends
Je t'attends, je t'attends tout l'temps
Quand seras-tu là ? Je t'attends

J'ai lu le livre sur Schiele, rêvé à son corps physique. L'homme pourrait sortir de l'un de ses tableaux et je choisirais celui qui se tient debout, nu, avec une serviette rouge autour des reins. Demain il changera peut-être de couleur et de peau. On dirait par moment qu'il n'y a plus d'air. J'ai très mal à la tête quand il fait trop chaud et j'hypothèse... si la planète avait décidé de findumonder ses jours ainsi, – en nous étouffant dans une chaleur torride sans oxygène et pleine d'eau, on finirait tous comme une portée de petits chats noyés dans un sac, le seul avantage c'est qu'il n'y aurait plus jamais de guerres.

__________________________
Image du jour : Homme debout avec serviette rouge, Egon Schiele, 1914, Albertina, Vienne, via le Dossier Schiele. Source: lemondedesarts.com.