39. le grand m., jour 2

Je poursuis ma lecture du Docteur Ferron. J'écoute, à la radio [100,7], le Psaume 51, le Sanctus et l'Agnus dei, en direct de l'église Saint-Jean Baptiste.

Fort inspirant, ce grand ménage. Il mérite que je lui consacre une suite juste pour lui, que je m'y attache coeur corps et âme à la manière d'un feuilleton ou d'un roman fleuve qui charrie allègrement ses amoncellements de scories au passage. Petit tsunami domestique et personnel que je nourris affectueusement.

Pas encore terminé les armoires de ma chambre, elles sont profondes [85 cm] et couvrent tout un mur [4 mètres], en tout : dix portes et neuf tiroirs. Hier, j'ai parcouru et nettoyé le contenu de sept portes et deux tiroirs. Bilan : trois sacs poubelles remplis - à donner, - deux à jeter, et le reste a repris sa place.

Objets étranges découverts que je ne croyais plus avoir dans cette maison : un vieux Nintendo de la première génération, un répondeur à cassettes qui faisait grish grish et beep, une calculatrice cassée, trois stéthoscopes, et même un foetoscope avec l'un des tubes durci et cristallisé. Et ce n'est pas tout, j'ai trouvé des nids de boutons de toutes les couleurs, des sous, et dans la poche d'une veste que je ne portais plus depuis ma rupture avec D., il y avait des papiers mouchoirs d'époque, sa photo avec moi par le cou [si je pouvais la scanner, je la mettrais sur cette page pour bien montrer combien on était beaux quand on était en amour], des condoms, et un tout petit sac de hashish [à lui].

Avec tout ça, j'ai gagné de l'espace et plein de joyeuses réminiscences. Et ce matin, je continue jusque vers midi en compagnie de la musique des anges.

Après, je vais plonger dans un bain parfumé, et une fois séchée et habillée, j'irai marcher dans la montagne. Au retour, j'entrerai dans ma cuisine avec sa lumière et ses odeurs de printemps, il y aura les pommes de terre en purée, l'ananas, et le gâteau à préparer, les brochettes de crevettes au citron à faire griller, et le gigot d'agneau à mariner et à enfourner pour le dîner de ce soir. J'attends de la belle visite. Les oeufs et leurs rubans multicolores sont accrochés depuis hier. Les poules en chocolat font cot cot cot en pondant des oeufs et des lapins partout. Joyeuses Pâques !