278. biscuit de fortune ?

une surprise dans un biscuit de fortune, source : www.allfunpics.com

À la une aujourd'hui, et pour faire pardonner mon absence de huit jours, j'ai piqué pour vous cette jolie image sur AllFunPics.com [sans ses droits, il n'y en avait pas] décrivant un fait divers de mon actualité pas tellement reluisante. Et surtout qui m'a accumulé une montagne de lessive. Des volontaires ?

J'ignore encore si un tel vide dans le calendrier de publication du journal doit être commenté, documenté, justifié, ou motivé. J'imagine le journal qui irait jusqu'à publier le certificat médical de son auteur, les jours d'absence, et même une copie du ou des billets d'avion quand il part en voyage. Au jeu de la vérité, autant jouer jusqu'au bout.

Un peu de sérieux. Dans un journal intime et personnel, même publié sur Internet, on devrait avoir et prendre le droit de passer des jours, des mois et des semaines, voire même des années sans écrire et sans aucunement en donner les raisons ni prévenir de la pause. Pour ce que ça change.

Mais je sens que je vais tout vous raconter, ou presque. Sachez que pendant toute cette longue semaine, je n'ai pas seulement été malade pour vrai. J'ai, dimanche et lundi dernier, corrigé toute une bouillie de codes informes et remis en ligne plus de 40 pages de mon Entrée libre [début octobre au 20 décembre 2000]. Après ça, j'ai travaillé quelques jours et ensuite j'ai été malade, très malade. La gastro-entérite du siècle. Je suis convaincue qu'il s'agit d'un empoisonnement alimentaire, sinon d'une contamination par une bactérie pas très catholique. Bref, j'ai cru que j'allais y passer. Et je vous épargnerai les détails abjects et malodorants. La preuve ? On est lundi matin et je ne peux toujours pas manger. Je ne fais que boire des saletés de préparations à base de jus de riz et d'eau bouillie, avec du sel et du sucre et un zeste de jus d'orange, deux bouchées de pain grillé sans beurre. J'ai quand même réussi à avaler quelques cuillerées de yaourt nature [0,1%mg] hier soir, sauf que je me suis levée tout à l'heure avec la grande nausée et les vertiges, les jambes molles et flageolantes. Perdu presque cinq kilos dans l'aventure. L'horreur. Ça m'apprendra à croire ce qui est écrit dans les biscuits de fortune.