276. luna

Nous avons cueilli trois gros paniers de pommes d'automne rouges et juteuses dans les vergers de Rougemont. Je viens tout juste d'en peler une bonne douzaine que j'ai transformé en compote. Sucrée avec du sirop d'érable.

Pris le temps d'admirer l'apparition de l'éclipse de lune [oups]. Le ciel était noir et plein d'étoiles. Essayé de faire des photos des différentes phases, mais cela ne marchait pas. Peut-être que ma camera manque de puissance pour capturer une image de si loin, ou bien c'est la faute à la grappa avalée après ce dîner un peu trop bien arrosé avec Marie-F., R., et J.L. au Piatto della nonna.

Et la maison, me direz-vous ? Là-dessus je vous répondrai que les choses vont plutôt bien, on ne parle plus que de cela sur la rue ; j'exagère un peu, enfin, c'est un bon sujet de conversation. Tout ça pour dire que je n'ai pas changé d'avis.

Et vos amours, me direz-vous, comment vont vos amours ma chère Script ? À ce sujet, je vous répondrai également que les choses vont plutôt bien, on ne parle plus que de cela sur la rue ; j'exagère encore, enfin, il est génial et beau et vrai comme un homme ordinaire. Je le trouve très beau mais peut-être bien qu'il est laid comme un pichou, c'est le dernier de mes soucis. Il m'a déclaré ce matin les yeux brillants qu'il m'enviait de partir vivre près du fleuve et des grands vents et qu'il ne rêve que de ça, et, comme un rideau qui tombe, il s'est éteint en même temps du souffle et du regard quand il m'a confié ne pas être « si » malheureux avec sa chéri-douce légitime.