233. pour en finir avec cette histoire de corde

Un peu de cohérence et de rigueur ne peut pas nous faire de tort. Faute de temps pour descendre à la bibliothèque, j'ai donc sorti les dictionnaires et arpenté les arcanes de Google après avoir dressé une petite liste de mots clés devant orienter ma recherche.

  1. Mastroquet. Dans le Petit Robert : 1. Marchand de vin au détail, tenancier d'un débit de boissons => cafetier. 2. Café, débit de boissons => troquet.

  2. Dormir à la corde. Sur Google, je suis vite tombée sur cette même référence, reçue cette semaine par e-mail [merci Kali ;))] :

    http://www.ouellette001.com/vivre/vivre9.htm

    Passer la nuit sur la corde à linge :
    Dormir dehors.
    Se demande à quelqu'un de fripé.

    Toujours en fouillant dans la liste des sites sous dormir à la corde, ceci :

    Dans une rue tout près de l'école il y avait un "café à la ficelle". Dans ce café, les métiers pouvaient louer une chambre à la semaine, pour un jour et aussi pour plusieurs jours. Quand il n'y avait plus de place dans les chambres, les gens dormaient dans le café et ils s'appuyaient sur une corde. Pour les réveiller, on détachait la corde. Ces ouvriers étaient "des clochards" parce qu'ils devaient quitté la ville à 6 heures; à ce moment on sonnait la cloche.

    Magnifique. Cela ressemble fort à l'histoire de Simenon à Paris. Celle-ci est belge, sur le site du projet Brunette, à la page quartier des Marolles.

     Julien Devriendt : le chat de la rue Broca

  3. Quartier Mouffetard. Toujours sur Goooooooo., et pleine d'espoir d'y trouver le nom de quelques mastroquets où on pouvait dormir sur une corde, je ne vois rien d'autre qu'un beau chat mythique [http://www2.iap.fr/users/devriend/paris/quartier.html].

  4. Corde à linge. Rien de très inspirant. Retour au Petit Robert : Fil sur lequel on met le linge à sécher => étendage, étendoir. Bof.

  5. Dormir sur la corde à linge. Pas grand chose de plus. Tous les lexiques s'entendent pour dire que ça veut à peu près dire « Être crevé parce qu'on a passé la nuit sur la go[ooooo] » [ça, c'est de moi, mais ne le répétez surtout à personne]. Je repars butiner sur Google, ce grand Jean Coutu du web où on trouve de tout même un ami, et pour finir, même une mignonne charade alsacienne sur un site de [p]lagues :

    Mon premier est une chaussette mouillée sur la corde à linge.
    Mon deuxième est une chaussette sèche sur la corde à linge.
    Mon troisième est une chaussette sèche sur la corde à linge.
    Mon quatrième est une chaussette sèche sur la corde à linge.
    Mon cinquième est une chaussette sèche sur la corde à linge.
    et mon tout est un proverbe bien connu.
    Réponse: Il n'y a que le premier bas qui goutte!
    Remarque en passant:
    En Alsace, que veulent dire les lettres SP sur les camions de pompier?
    - Sa Prule

Sur ce, fin des recherches. Je donne ma langue au chat.