211. l'eau

la digitale, d'après une illustration ancienne

Petit matin. Le ciel est en eau, il ne fait plus qu'un avec le fleuve. Heureux mariage. Hier soir, c'était la brume épaisse, magique. Va pleuvoir bientôt. Les chats se comportent comme des enfants avant une tempête de neige. Avec les griffures en prime. S'il pleut toute la jounée et que je ne peux pas les envoyer jouer dehors, l'un de nous va finir par devenir dingue. Si moi, je ne supporte pas de rester enfermée, imaginez un chat.

J'attends une réponse de Jordan, s'il accepte de les garder, je vais aller faire un tour à Montréal pour quelques concerts de jazz et de blues.

Avant de me coucher, j'ai planté un églantier à fleurs simples rose pâle dans un grand pot avec l'astilbe, le delphinium black night, et le petit plant d'échinacée. L'astilbe [féminin ou masculin ?] est en fleur, d'une belle couleur pourpre. J'ai terminé l'aquarelle du petit frêne inspiré par Schiele.

Au réveil, mis un cd de Léo Ferré, après une nuit avec Leonard Cohen et William Sheller. Bang, un des minous vient de se frapper durement quelque part. Des fois, ils jouent à se faire mal, exactement comme du vrai monde.