115. test

test avec roman d'Apollinaire

Cette page n'est rien de plus qu'un échantillon des tests de couleurs pour la web cam. Sur la couverture du livre, le corset n'est pas lilas ou gris, il est blanc. Distorsion à corriger. Je n'ai pas vraiment le temps d'écrire. Je courtise d'autres mots, ceux qui sortent de la bouche, ceux qui donnent leur poids au silence. Je courtise les mots qui se mêlent aux baisers et font en sorte que l'on donne au corps amoureux toute la place.


Il me reste cependant une petite question à résoudre : y aura-t-il ou non un bidule à commentaires sur ce journal ? Si je me fie au sondage [non publié], le clan du non a pris le dessus. De mon côté, j'ai réfléchi et décidé que je n'utiliserai pas ce mode de communications, ni on and off, ni autrement. Ni sur aucun de mes projets en ligne.

Pour mieux comprendre la question, j'ai fait un voyage d'exploration/recherche au travers d'une centaine de blogs/journaux intimes/personnels, sélectionnés de façon aléatoire dans les annuaires et répertoires du web pour constater que, au bout du compte, l'usage qui se fait de l'espace « commentaire » est plutôt superficiel et redondant. Et la plupart du temps pourri de flatteries qui puent. Quand ce n'est pas des grosses crisses de vulgarités. Vous me trouvez dure ? Allez-y lire par vous-même. On voit à peu près les mêmes noms [pseudos] surgir de partout et nulle part : signature de ceux qui donnent à lire qu'ils sont tout seul, qu'ils s'ennuient profondément, et qu'ils écrivent n'importe quoi pour combler leur vide. Ou pour attirer du monde sur leur blog [vide]. Fin de l'analyse sommaire et surtout pas exhaustive. Fin de l'épisode sondage d'opinions. L'eau coule, j'ai un bain chaud qui m'attend. Et un être exceptionnel à aimer, en chair et en os.