276. à plat

morte ou vive

Comme le Phénix je suis
Qui de sa mort reprend vie,
Qui de sa cendre naîtra.
Tue, tue, tue-moi,
    Pour cela ne mourrai.

La mèche d'Aveste suis
Qui allumée ne perd rien,
De qui le feu ne meurt point.
Brûle, brûle, brûle-moi,
    Pour cela ne mourrai.

Cette vaillante drogue je suis
Qui se réchauffe dans l'eau,
Qui s'y rallume et nourrit.
Noye, noye, noye-moi,
    Pour cela ne mourrai.

Le diamant dur je suis
Qui ne se rompt du marteau
Ni du ciseau retenté.
Frappe, frappe, frappe-moi,
    Pour cela ne mourrai.

Comme la mort même suis
Qui qui la fuit de près suit :
Qui me refuit je poursuis.
Fuis, refuis, refuis, refuis,
    Mort et vif te suivrai.

[Jean-Antoine de Baïf, Chansonnette]

Rentrée trop tard hier soir. Roulé longtemps, sur des centaines et des centaines de kilomètres. Beaucoup trop de route et d'espaces franchis, de traverses extérieures et intérieures. Je me suis rendue fort loin dans les terres, presque à la frontière des États et puis de là j'ai voulu revoir Saint-Jean-de-Dieu, Sainte-Rita, Trois-Pistoles, Cacouna, et enfin Kamouraska. Rencontré du beau monde. Du monde avec des yeux qui brillent. Et le fleuve, le soleil. Partout. Et le ciel bleu qui crève les yeux, avec de temps en temps de gros nuages qui éclatent pour que la pluie tombe. Escale magique à Trois-Pistoles, les Basques, et le chemin du Hâvre, encore avec cette déraisonnable envie d'y vivre, toujours. J'ai même cherché s'il y avait des maisons à vendre ou à louer. Et tout ce que j'ai ressenti, reçu, trouvé et retrouvé là-bas, on dirait que ça m'a tuée au lieu de me redonner des forces.

j'ai pas pleuré...

Depuis que j'ai passé le pont Jacques-Cartier, je me sens totalement à plat. Abattue. C'est physique. Et mes frères et mes soeurs dans tout ça ? J'ai pas pleuré. C'était plutôt chaleureux, très enveloppant. Et quand je dis que c'est du « beau monde » ce n'est qu'un pâle reflet de la réalité. Ils sont uniques, terribles. Incroyables. Ils me font tout le temps rire aux larmes ou pleurer. Fuir. Capoter. Sublimes et un peu fous, mais si authentiques et droits. Intègres et brillants à l'os. Il y aurait tant à écrire sur cette immense famille. Je crois bien que le poids de tout cela m'écrase. Juste un peu trop.