188. partir rester

maya.gif

Je devais partir le samedi huit mars pour le Mexique. Déception. Pas le choix de reporter mon départ au samedi 12 avril. Mais patience, dans un mois c'est Isla Mujeres, c'est vivre au chaud soleil au bord de la mer sur une île avec une histoire de déesses et de sable et de ruines et j'irai. Régler les problèmes qui me retiennent ici et puis prendre l'avion à Dorval vers 17 heures jusqu'à Cancun et ensuite 40 minutes de traversier [trouver le pont Puerto Juarez] pour aller sur l'île. Arrivée là, respirer un bon coup, retrouver le petit hôtel sur la carte, y jeter ma valise et courir sur la plage.

D'ici le 12 avril, prendre mon mal en patience, prendre congé de moi-même le plus souvent possible, si c'est possible. Relire le guide Ulysse et l'histoire. Je lis que Isla Mujeres fut découverte en 1517 par Francisco Hernández de Córdoba, qui dirigeait une expédition espagnole à la recherche de main-d'oeuvre [des esclaves] pour exploiter les mines d'or de Cuba. Il a trouvé un beau temple Maya et des nombreuses petites statuettes de femmes en argile enterrées dans le sable.

Les femmes de terre aux seins nus ont visiblement inspiré Córdoba quand il a voulu donner un nom à son île. Les temples ont pratiquement tous été pillés et vandalisés si ce n'est détruits par le temps, les ouragans et la bêtise humaine. C'est un endroit qui me plaît, coup de foudre, et l'histoire est fascinante : les figurines représentaient la déesse du pays Ix-chel, ses filles Ix-beliax, Ix-hunie.

L'île mesure seulement huit kilomètres de long, et elle n'est pas très large, quelques centaines de mètres seulement. Il semble que les Mayas n'ont jamais habité Isla Mujeres. On croit que l'île leur servait uniquement de lieu de pèlerinage vers les temples qu'ils avaient construits en hommage à la déesse de la lune et de la fécondité, Ix-chel. Sur Isla Mujeres, les plages sont belles, il y a beaucoup de récifs de corail, et des temples. Et puis il y a la vie.