Vol. 4 : Voyelle

samedi 13 septembre 2003

11. oser l'orange sanguine

Je n'ai pas réussi à créer un blog dans la marge, un petit carnet pour noter à côté, comme j'en rêvais. J'ai jubilé, j'ai cru comprendre, trouver, et puis ça n'a pas marché. J'ai laissé passer du temps, réessayé. Expérimenté. Ça ne marche pas davantage. Alors j'abandonne l'idée. Exactement comme  […]

Lire la suite


dimanche 14 septembre 2003

12. a blanc

Encore un jour, encore une heure et des secondes. Je ne lis pas. Je n'écris pas. J'écoule un jour en pure perte. Un jour dimanche en complète solitude. Sans souvenirs. Sans rien ni personne. Pour rien. Pour peut-être me prouver que je peux le faire, me laisser perdre le temps. Briser le moule. Sans  […]

Lire la suite


lundi 15 septembre 2003

13. oranges

o range

Les oranges portent sur elles toutes les couleurs. Le vert, l'orange, plusieurs nuances de jaune, de rouge et quantités de couleurs intermédiaires, non négligeables. Les oranges sanguines sont exactement rouge sang - la chair. Et certaines oranges orange ont même une pelure qui tourne au vert si on  […]

Lire la suite


mercredi 17 septembre 2003

14. i rouge

Certains jours, il me manquait. Il me manquait vraiment, le fil de soie rouge qui me reliait à vous. Et les mots doux cachés dans les plis de vos épîtres folles trop crues, cruelles souvent, et les fleurs écloses à pleins bouquets dans mes draps le matin, et les croisades d'étoiles qui se  […]

Lire la suite


jeudi 18 septembre 2003

15. questions

Fragment d'une affiche du film : À bout de souffle

Nostalgie. Nom féminin. 1759. Du grec médical : nostalgia [1678]. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le dictionnaire. Nostos abrite un grand concept que nous désignons par le mot « retour »... le retour de l'algie [douleur]. Reste à savoir pourquoi ils ont enlevé l'os. Trop dur à avaler ? Il me  […]

Lire la suite


vendredi 19 septembre 2003

16. iaô

Elle s'appelle iaô et elle est à bout de souffle. Elle dit qu'avoir le cancer, c'est comme vivre avec son pire ennemi. Elle dit j'aime la vie, je veux vivre. Elle sourit tout le temps. Elle dit écoute-moi bien : je vais me battre. Je sais que ses jours sont comptés. Façon de parler. Elle le sait  […]

Lire la suite


samedi 20 septembre 2003

17. toi

Tu me manques. À la folie. Le mal de toi est partout, sous la peau, dans mon dos, et au milieu du ventre, au fond des yeux. Ça blesse. On dirait un couteau. C'est comme le cri d'une bête sauvage hurlant à la nuit. Pourquoi ça fait si mal. Si longtemps. Mal. Le mal de toi me traverse de bord en bord  […]

Lire la suite


dimanche 21 septembre 2003

18. elle

Le méchant est sorti. Je pourrais dire que ça va un peu mieux. Elle, pas trop. Je nomme parfois "ça" cette partie de moi qui pleure et qui se plaint, et "elle" cette autre partie de moi qui se tient debout, qui tente de surmonter les petits et [plus] grands malheurs, et qui, en  […]

Lire la suite


lundi 22 septembre 2003

19. espoir

Qu'est-ce donc qui m'intéresse en ce moment sinon les premières gelées et les longues pluies froides qui n'en finissent pas. Les pluies pénétrantes qui ruissellent le long du dos pendant que je traînasse sous le grand parasol à lire les poètes de mon été, les pieds nus enroulés autour des pattes de  […]

Lire la suite


mardi 23 septembre 2003

20. enfin le froid

tulipes_roses.jpg

J'aime croire que la mémoire sensorielle soit la seule véritable intelligence du corps. Si le cerveau n'est pas équipé [je ne dis même pas doué] des quelques milliers d'infimes cellules, neurones, ou fragments qui la composent, c'est peine perdue, on devient vite une proie pour n'importe qui et  […]

Lire la suite