23. de Sénèque

Survol de la pensée stoïcienne. Discipline, lecture, réflexion, enfermement.

Texte choisi pour la méditation du matin. Le recopier me permet de l'approfondir, en me le répétant x fois, lettre par lettre et mot par mot les phrases s'étirent et glissent. Ainsi je fais rebondir un caillou blanc de quelques sauts de puce à la surface des eaux à moitié gelées.

Extrait des Lettres à Lucilius :

pompei.png

Certains en ont assez de faire et de voir les mêmes choses, les gagne non la haine de la vie mais son ennui, pente où nous glissons, poussés par la philosophie elle-même, en disant : « Jusques à quand les mêmes choses ? Ne vais-je pas me réveiller, dormir, manger, avoir faim, avoir froid, avoir chaud ? Rien n'a de fin, toutes choses s'enchaînent en cercle, fuient et se suivent ; la nuit chasse le jour, le jour la nuit, l'été fait place à l'automne, l'hiver presse l'automne serré de près par le printemps ; toutes choses passent ainsi pour revenir. Je ne fais rien de nouveau, je ne vois rien de nouveau ; on en a parfois jusqu'à la nausée. » Nombreux sont-ils pour juger que vivre n'est pas atroce mais superflu. Porte-toi bien.

[Lettre 24, verset 26, traduction par Marie-Ange Jourdan-Geyer, GF-Flammarion/image : capture d'écran de la couverture]

Haut de page