Quel message Lady A. aurait-elle voulu me lancer ? Vague idée.

Tellement convaincue de ma connaissance intuitive du mot ratiboiser, moi l'obsédée des dictionnaires [il fut un temps où je les collectionnais et les lisais page par page, héhé], que j'en n'avais pas ouvert un seul.

Sauf que le mot ne m'a pas lâchée depuis son atterrissage dans ce journal [dernier billet]. Qui devait pourtant avoir une suite, mais oups je me suis encore embarquée dans une ellipse temporelle condamnée à sombrer dans une béance sans fin. Hélas.

Le-loup-et-le-chien.jpg

Illustration de Grandville pour la fable de La Fontaine, Le loup et le chien
via Wikimedia Commons (CC)

Méditation brève. Le meilleur moyen de venir à bout d'une obsession, c'est de la faire travailler. D'en faire le tour. De la décortiquer, comme dirait Sire loup affamé de Lafontaine qu'il fallait apprendre par coeur à l'école secondaire [et ç'a tellement marché, je peux encore le réciter les yeux fermés, avec la ponctuation en prime].

Ce matin, au lieu de me lever et de prendre un gros dictionnaire sur l'étagère en face de moi, j'ai ouvert wikipedia. Tapé le mot « ratiboiser ».

C'est écrit :

L'article « Ratiboiser » n'existe pas sur ce wiki !

Oups. Pas possible. Je vais donc le googeler. Ce qui signifie retour aux dictionnaires. En ligne. En premier, il y a le Larousse, ensuite, l'Internaute. Je vais au troisième, le Wiktionnaire :

Étymologie

De ratisser et de l’ancien français dialectal emboiser (« tromper »).

Verbe

ratiboiser /ʁa.ti.bwa.ze/ transitif 1er groupe (conjugaison)

(Populaire) Prendre à quelqu’un, escroquer.
Il m’a encore ratiboisé cent euros.

Ruiner, liquider.
Il a complètement ratiboisé ses parents.
Mais qui est-ce qui a ratiboisé le potager ? Il ne reste plus rien !

Couper à ras.
Tu sors de chez Deibler, il t’a ratiboisé la colline ! Comprendre : Tu sors de chez le coiffeur, il t’a rasé le crâne !
Habité par le seul souci, je le répète, de ratiboiser, sur votre nuque, le moindre poil qui dépasse. — (Georges Haldas, Chute de l’Étoile absinthe, 2002)

Synonymes

→ voir arnaquer

tondre

Tellement loin de ce que j'avais en tête, pas possible. Il doit bien y avoir un autre sens.

Je me lève, attrape le Littré. Rien. Et dans les autres : Larousse, Robert, etc, pareil que sur le web.

Lady A. a dû se tromper de mot. Elle aura fait un lapsus. Sinon, si elle a utilisé ratiboiser au sens de ruiner, ou détruire, aurait-elle cru que mes bégaiements écrits et considérations théoriques vaseuses ruinaient son confort de lecture, voire même son plaisir et désir de lire, le sien mais aussi celui de ceux qui liraient, et ainsi que je détruisais le peu de chances que quelqu'un quelque part dans le monde entier lise encore ce pauvre journal où je n'écris presque plus ? Créant ainsi, en creux, le néologisme « auto ratiboisage » avec verbes et adjectifs et adverbes qui en découlent. C'est un peu fort en whisky, mais ça se peut.

Et puis, selon une autre de mes chères et indécrottables habitudes, peu satisfaite des définitions courantes, je me suis mise à échafauder plein de définitions toutes plus farfelues les unes que les autres, tant et si bien que le doute s'est peu à peu infiltré dans mes fabulations.

ratiboiser : art de couper les cheveux en quatre dans un journal online [et ras sur la nuque avec une lame bien aiguisée]. Autres définitions personnelles à base d'auto sabotage à bidouiller pour le Lexique [lien en bas de page]. Et pour m'en débarrasser.

_______________________
N.D.L.R. et Avertissement au lecteur : Prière de ne pas m'envoyer la GRC. Je ne suis pas schizophrène et encore moins à risque de me « radicaliser ». Lady A. n'est rien de plus qu'une fiction. Dans un livre, elle serait un personnage de papier.