5. petit matin gris blanc

escargot_de_juin.jpg

Escargot de juin sur feuille de vigne haut perchée

Les lentes heures du matin s'étirent à pas de tortue et laborieusement comme les minuscules perles transparentes et les petits coquillages marins que j'enfile pour en faire des colliers en me piquant un peu le bout des doigts en passant. Ou comme les crabes, latéralement. Ou comme toutes les petites bêtes qui n'avancent pas vite.

Ça me fait penser que l'autre jour j'ai photographié un escargot. La coquille bariolée que je voyais verte à cause du feuillage, et qui se révélat être brune, me posait une question : « comment crois-tu que j'ai fait pour monter si haut ? »

L'escargot s'était installé sur une feuille de vigne sur la plus haute branche du toit, au 2e étage.

Pour répondre à sa question, j'ai délicatement décroché la feuille avec l'animal dessus et je l'ai placée dans un grand pot afin d'observer ses déplacements.

Le lendemain matin, le petit malin avait réussi à sortir du pot [en plastique, la paroi verticale et mesurant environ 45 cm de hauteur] et il avancait d'un bon pas vers le bord de la table. En pleine fuite.

escargot_en_fuite1.jpgescargot_en_fuite2.jpgescargot_en_fuite3.jpg

Notes pour de futures observations : La lenteur de l'escargot ne serait qu'un mythe. Il a dû mettre une heure ou deux à monter à même le tronc usé du vieux cep. Il ne fera pas de dommages à la vigne et je ne crois pas qu'il mange de raisins encore verts. Mais comme lui non plus n'est pas comestible, vers la fin de la journée du lendemain, je l'ai descendu et déposé par terre, sous les fougères, avant de trop mattacher à lui.

Haut de page