Il m'arrive de temps en temps de m'amuser avec les scripts. Quand j'en cherche, j'en trouve toujours des nouveaux et d'habitude je ne publie pas mes essais et je finis par oublier le nouveau gadget dans un coin du serveur. Une fois étant souvent coutume, j'ai récidivé. 

J'ai coupé les dernières branches de glaïeuls roses hier. ll me reste trois gros choux d'hiver à cueillir [lire leur couper la tête] et deux rangs de carottes à arracher. 

Les oiseaux ont tout mangé les raisins, j'ai trop attendu pour les ramasser : pas de vin cette année pour madame Strohem. Je fais la pause. 

Et c'est ainsi que je nous ai bricolé un petit jeu du Pendu :

J'ai commencé la page du jour. Je me suis arrêtée pour lire un peu. La page est encore en mode brouillon, je la publierai plus tard aujourd'hui. Pas que je sois dans les choux.

J'espérais finir À l'ombre des jeunes filles en fleurs ce matin. Et puis il y eut Albertine Simonet. Et cette prase : « Vous venez du golf, Octave ? lui demanda-t-elle. Ça a-t-il bien marché ? Étiez-vous en forme ? – Oh ! ça me dégoûte, je suis dans les choux, répondit-il. [...] » Quel grand coquin, ce Marcel Proust.

[Mais où avait-elle donc déniché ce jeu du Pendu ? Rendez-vous sur le site http://www.editeurjavascript.com, c'est là !]

Héhé ! Autre trouvaille du jour, cette fois sur le désormais fourre-tout incontournable, Wikipedia :

S'intéresser à un écrivain parce qu'on aime son livre, c'est comme s'intéresser aux canards parce qu'on aime le foie gras.

[Margaret Atwood, cité par Jonathan Littell dans le Monde du 17 nov. 2006]