onze heures et demie du matin

Téléchargé SPIP pour la cinq cent soixante et huitième fois, aussi froidement que fermement déterminée à comprendre enfin comment ça marche. Cette fois sera la bonne, et il n'atterrira pas dans la poubelle. J'en ai besoin pour fabriquer mon portfolio de lecture autrement que sur des fiches et des feuilles et des cahiers que je classe depuis des années au petit bonheur dans des cartables, des chemises à dossier, dans les tiroirs du bureau, du classeur ou simplement sur les tablettes de la bibliothèque, en liasses informes.

Le portfolio de lecture numérique, j'en ai besoin pour bien des raisons. Que je vais mettre bientôt par écrit. Il faut que je m'en construise un parce que je n'ai pas trouvé le bidule de portfolio tout fait dont je rêvais. Le plus gros du travail sera - une fois que je serai capable de faire ce que je veux avec spip - de monter ma base de données, et ensuite d'y transcrire et organiser toutes mes notes sous différentes rubriques pour arriver à retrouver ce que je cherche plus facilement quand j'en ai besoin. Il y a des livres, j'ai oublié où j'ai mis les notes. Pourrais-je un jour les retracer autrement que par hasard ?

Depuis toujours, je note mes résumés et commentaires de lecture sur des feuilles et dans mon journal papier et dans celui-ci, directement en ligne [une partie seulement]. C'est le fouillis [lapsus : j'avais écrit fouillu, arf] total. Ça manque d'ordre et de méthode. Ce n'est pas du tout sérieux Lady A. Vous devez démontrer un peu plus de suite dans les idées. Et c'est ainsi que je me suis fait des remontrances toute la matinée en bidouillant comme une folle pour disséquer les « squelettes » de spip. Je sais, c'est pas sorcier, ce n'est que du html et du php et j'en ai vu d'autres. On va s'en sortir.

Mettrai-je le portfolio en ligne ? Pas avant qu'il ne soit rempli avec la liste des auteurs et des livres lus à ce jour avec les fiches de lectures et les commentaires pour chacun. Pas avant qu'il ne soit suffisamment étoffé et prêt pour une mise à jour quotidienne. J'ai plus que du pain et de la brioche sur la planche.

Comme toujours, quand je commence un nouveau projet, je suis un peu obsédée et j'y consacre trop de temps jour et nuit. Cette fois, je serai sage. Je ne ferai pas que ça. Deux heures par jour, max. Il fait encore beau soleil et froid. J'irai me promener dans le bois comme hier. Et après, les courses à l'épicerie, à la librairie. Et au retour : lecture attentive et corrections du chapitre en cours. Ce soir, repos. Et dormir avant dix heures du soir.

Haut de page