couleurs du soir, le 11 décembre 2004

Toute la journée, J. S. Bach et L'Oratorio de Noël, bwv 248, enregistré au Festetich Castle de Budapest du 15 au 30 juin 1992. Un petit coffret de 3 cd, publié sur étiquette Naxos la même année. J'avoue un faible pour les Oratorios, et pour celui-ci, je craque à chaque fois que je choisis de l'écouter, seulement en décembre. Il est interprété pas la soprano Ingrid Kertesi, l'alto Judith Nemeth, le ténor Jozsef Mukk et la basse Janos Toth, les choeurs de la radio de Hongrie, et l'orchestre de chambre Failoni, sous la direction de Géza Oberfrank. Pure poésie et beauté, élévation, – émerveillement.

Des gens sont venus ce matin visiter la maison. Comme d'habitude, je me suis esquivée pour une séance shampooing et traitement chez la coiffeuse qui me remercie tout le temps mille fois parce que, dit-elle, mes cheveux épais, longs et brillants lui font de la pub. Ses massages et coups de brosses me font du bien.

Je me suis amusée à faire des photos de nuit en début de soirée, facile, il fait noir à 16 heures. Fait quelques images de l'arbre et des maisons d'en face en écoutant l'Oratorio les deux pieds dans l'épaisse neige sur le balcon. Ce fut une journée tranquille. Toutes ces visites me stressent – au superlatif, même si je ne suis pas là. Savoir des gens fureter dans mes affaires, lire les titres de mes livres, s'asseoir sur mon lit, ouvrir mes placards, ça me tue. Vivement que ce calvaire finisse et que je déménage.