Un jour, j'ai écrit dans Le Journal de Script :

« La vie m'a appris qu'on a besoin de se brûler vif parfois pour naître à soi-même, s'enfoncer en soi vers le cristal, la fissure. Et soudain de ce grand lac sombre s'envole un oiseau de feu. » [18 octobre 2001]

En octobre 2001, j'étais amoureuse de Jack et j'écrivais quelques réflexions sur la liberté d'être et de s'exprimer. Quand je relis cette page, je repense à la robe noire, au deuil. Je porte encore beaucoup de vêtements noirs, même en été. Encore hier, en revenant du travail, j'ai rencontré mon image dans le miroir et j'y ai vu le portrait d'une femme en deuil. Pourtant, je ne porte le deuil de personne. Simplement, j'aime le noir, j'aime porter cette jupe noire qui est doublée de satin [noir] avec un corsage [noir] en dentelle sans manches. C'est doux et soyeux quand je marche, ça fait des petits froufrous qui ne s'entendent pas mais je sais qu'ils sont là. Cette jupe est ouverte sur le côté gauche en bas et ça montre un peu le genou. Ainsi, je peux faire des longs pas et avancer plus vite.

Quand je porte du noir, mon visage paraît plus pâle alors je mets du rouge à lèvres plus foncé, plus rouge tendre, et je me maquille un peu plus. Je regarde les fleurs et les nuages, les feuillages des grands érables de la rue Bernard qui embrassent et lèchent les fenêtres des maisons. Je parle aux bébés et aux petits chiens parce que les gens parlent à leur téléphone.

Et je transporte partout mon grand sac de cuir rouge [sur l'épaule] avec mon journal et plein de livres et des crayons dedans. C'est pour aller lire et écrire au parc en attendant d'avoir mon portable et de transporter Love and Writing Project dans mon sac. Pour écrire dehors en ligne et ne rencontrer que des vraies personnes en chair et en os qui ne savent pas encore écrire sur l'Internet. Je leur dirai que j'écris des histoires. Que j'écris parce que j'aime ça. Que je ne me prends pas au sérieux. Que j'espère ne jamais être contaminée par le virus de la vanité et de l'autosatisfaction. Et que par dessus tout j'aime vivre, j'aime le noir. Et les étoiles.