Love and writing project [la poésie]

calopogon.jpg

Il m'avait écrit I missed you et je pense que je comprenais, mais je posais des questions pour rien, comme pourquoi tu dis ça? au lieu de répondre simplement I missed you too.

Écrire sale type, écrire ces mots-là, pour moi, c'était presque de la poésie. Un jeu avec les mots. C'était du cinéma, du théâtre. Pas des choses que je dis. Des mots comme sale type, ça se met en scène. Avec des costumes et des personnages. Des chapitres et une page quatre de couverture, une couverture médiatique.

Et puis il faut avoir le courage d'être deux dans une maison pour dire ça, ou encore au parc, sur la rue, au café. Se rencontrer, faire l'amour et après, le jour que ça éclate, être capable de dire sale type, ou quelque chose comme ça.

Dire sale type pour vrai, dans ma vraie vie, on éclaterait de rire (en tout cas, dans ma bouche à moi, ça serait pas assez crédible). Tu as vu sa sale gueule à ce sale type ? Non. Je pense que non. Dire ça c'est comme dire je t'aime. On le sait, on le dit pas trop souvent. Sinon avec les larmes aux yeux.

Poésie. C'était un jeu, des mots que j'écrivais pour sortir ma colère, autre chose, des mots qui me venaient d'ailleurs. Du temps du roman que je me mourais de vivre avec lui. This is not healthy. Not healthy at all. Disait-il.