77. il

Envie de partir à New-York demain matin, parce qu' « une insousiance heureuse » m'habite. Il se passe des choses, de bien drôles de choses qui ne laissent pas le choix de tout renverser, « de toute nécessité tout renverser ». Juste pour être fidèle à soi-même. Je me demande où il est passé. Nietzsche ?

Envie de rire. Je le vois déclamer « Les Pâques à New-York » dans la brume de Central Park, tout par coeur ; il porte un grand manteau noir et des gants avec le bout des doigts coupés et ses cheveux sont longs et raides comme ceux d'un Apache. Je le vois déclamer dans une rue glauque avec de la vapeur dense qui sort des bouches d'égoût, et avec des sans-abri qui dorment sur les trottoirs à 10 heures du soir avec des 40 onces de bière serrés dans les bras. On mangerait des brochettes à 1$, sur la rue, en buvant du vin rouge caché dans des sacs en papier brun sur lesquels il aurait recopié des strophes entières pour pas les oublier. Je porterais une robe noire et une écharpe rouge. Il dirait c'est moi, c'est moi le robineux au 40/11 de broue, et je triche un peu : j'ai écrit des strophes sur le sac en papier (c'est un poème de plusieurs pages). Il aurait pas encore fini de déclamer rendu au matin. Mais ça serait un vendredi, parce que les jeudis, ça n'existe pas.

La rue est dans la nuit comme une déchirure,
Pleine d'or et de sang, de feu et d'épluchures.

je descends les mauvaises marches d'un café
Et me voici, assis, devant un verre de thé.

je suis chez des Chinois, qui comme avec le dos
Sourient, se penchent et sont polis comme des magots.

La boutique est petite, badigeonnée de rouge
Et de curieux chromos sont encadrés dans du bambou.

Ho-Kousaï a peint les cent aspects d'une montagne.
Que serait votre Face peinte par un Chinois ?

[Blaise Cendrars : « Les pâques à New-York », extrait]

Haut de page