254. étrangement calme

anémone

J'aime la montagne, la forêt, la mer, les musées, les photos, les cartes postales et les timbres. J'aime les plaisirs du corps. Marcher nu-pieds. Les sourires et les yeux lumineux des gens croisés sur la rue.

J'aime cette vie-là. La vie est si belle, fabuleuse. Je lis ou j'écris souvent toute la nuit. J'aime les plaisirs de la pensée. J'écris comme si ma vie allait finir demain.

J'aime écrire ce journal et sentir un léger manque s'installer quand pas un seul lecteur ne m'écrit d'email pendant deux ou trois jours. C'est délicieux.

En amour, j'apprends. J'apprends que l'amour ne dure pas. Qu'il n'est pas plus fort que tout. Quelque chose survient et ça éclate.

Le jeudi 15 novembre 2001 : re-rupture à distance avec Jack. Fin du dernier chapitre de la vie amoureuse de Script. Rien à déclarer. Je pense aux larmes de Myrrha. À l'agitation de Myrrha. Et je ne pleure pas. Je n'ai pas versé une seule larme. J'ai mal. Par moments, la douleur est physique, c'est comme une explosion par en-dedans. Le reste du temps, je suis étrangement calme. Détachée.

Le silence s'installe dans la maison. Un profond silence.

J'ignore ce qu'il adviendra de moi, de ce journal. Ce matin, je l'ignore, mais rien ne me fera oublier que la vie est belle. Fabuleuse.

Haut de page