saint_lary.jpg

Au-delà de la route qui s'en va en boucle sur Poetic Island, on finit par se perdre dans la forêt. On tourne, on vire, et tout à coup on ne sait plus trop si l'on est bien rendu nulle part. Ça peut paraître étrange.

Jack : Script ?

Script : Oui ? Tu es là ? Mais où es-tu ? Jack ????

Jack : Chut... Allonge-toi là... Sur les aiguilles de pins. Attention aux fourmis.

Script : Attends. Dans mon sac, il y a une couverture.

Jack : Oui. Mais qu'est-ce que tu fais ? Tu enlèves tes chaussures ?

Script : Mmmmm, on est bien. Regarde le ciel, les nuages ont de drôles de formes, tu ne trouves pas?

Jack : Tu crois qu'ils sont poétiques les nuages ?

Script : Non. Les nuages ne sont pas poétiques. Pas du tout. Ce sont de gros tas de vapeur. Point.

Jack : Tu as raison. Ça se balade de long en large et ça fait le fier. Un vrai train.

Script : Tu sais, Jack, les nuages ne sont pas poétiques parce qu'ils n'ont aucune idée de ce qu'est la poésie. Nous non plus, d'ailleurs...

Jack : Ce n'est pas grave tu sais, je crois que c'est quand on ne sait pas que la poésie est là qu'elle apparaît. Alors si ça se trouve, les nuages, qui ne savent pas, s'en font des tartines au petit déjeuner.

Script : Je rêverai alors que les nuages se gavent de tartines remplies à craquer des poèmes de Rimbaud ou de Houellebeck... Quelqu'un m'a dit l'autre jour que la poésie c'était une certaine façon de vivre sa vie, tu y crois, à ça?

Jack : Non, pas vraiment. Je n'ai pas l'impression de palper la poésie dans ma vie. Maintenant, oui, allongé près de toi, là, ça paraît. Ça apparaît.

Script : J'aime ça, des tartines à la poésie. Jack, tu es sublime. Tu veux me faire une tartine de caresses?

Jack : Oui... Approche-toi que je t'embrasse...

Script : Tes baisers goûtent le sel de mer et le miel de lavande. Dis, ça existe du miel de lavande ?

Jack : ...ce sont les embruns, Script, ceux de Poetic Island...

Script : C'est bon, les embruns, je vais en rapporter à Montréal... Dans une bouteille. Déshabillons-nous, il n'y a personne ici.

Jack : Attends, laisse-moi te déshabiller moi-même.

Script : Je t'aime, Jack. J'ai tellement envie de faire l'amour avec toi, ici, sur cette couverture parmi les aiguilles de pin et les fourmis que ça me rend folle.

Jack : Alors arrête de parler, parce qu'il n'est plus temps de badiner. Tu es belle, je viens te conquérir. Enlace-moi.

Script : Je ne veux penser qu'à l'instant présent, que je suis à toi.

Jack : Lâche cette couverture et laisse le ciel te rejoindre. Puis-je te masquer la vue du ciel ?

Script : Tu penses que quelqu'un pourrait nous voir ?

Jack : Non Script, nous ne sommes nulle part...

Script : Ah ah ah ! Ce n'est pas possible, nous sommes toujours quelque part. Ne dis-tu pas souvent que nous sommes ailleurs ?

Jack : Oui, ça change tout le temps... Mais en tout cas moi, on ne peut pas me voir !

Script : Toi, tu es invisible. Parce que tu es essentiel.

Jack : ...

Script : Tes caresses me transportent si loin...

Jack : Non, je suis plus que ça, je suis caché... Sais-tu où ?

Script : Non, où es-tu caché ?

Jack : Ah...

Script : Dis, mon amour, où es-tu caché ? Dis moi, tu me fais languir...

Jack : Bien... C'est normal... Je viens me cacher...

Script : ?...

Jack : Tss...

Script : Ne ris pas, caresse-moi encore, c'est si bon... Tu allumes le feu dans mon ventre et après tu ris, pourquoi tu ris?

Jack : Je ne ris pas...

Script : Je sais.

Jack : Je savoure le feu de joie que j'ai allumé dans ma cachette secrète...

Script : Je sais que tu ne ris pas, je suis un peu nerveuse. C'est si étrange ce que nous vivons. Si étrange et si intense. Intense...

Jack : Attire-moi, contre toi. Agrippe-toi.

Script : Oui.

Jack : Où sont tes mains ? je ne vois plus rien... Eh... Script ?

...

Jack : Wow...

Script : Mes mains sont accrochées après un petit arbuste, ou une branche. Je me suis agrippée si fort à toi que nous avons roulé au fond du ravin.

Jack : Ne lâche pas...

Script : Je ne peux lâcher prise parce que nous descendrons plus bas et qu'au fond de ce ravin il y a les cascades. Tu réalises ce qui se passe ?

Sonjii : They failed to regain the east of eden ?

Script : Ne me lâche pas, toi aussi...

Jack : Ok. Puis-je malgré tout continuer à te faire l'amour ?

Script : Oui. C'est la seule façon que nous avons de survivre.

Jack : Oh oui. Je le sais bien.

Script : Si tu arrêtes ne serait-ce qu'un instant, nous dégringolons en bas.

Jack : Alors je dois nous faire décoller, c'est ça ?

Script : Oui, vers l'abîme. Ou vers les cîmes. Au choix.

Jack : Je prends le tout. Je prends. Laisse-toi abimer, ça ne fera pas mal.

Script : Je te suis. Tu te souviens des paroles de l'ermite?

Jack : Hein ? Non.

Script : Il a dit, qu'il fallait nous regarder dans les yeux. Tu crois que cela nous sauverait?

Jack : Laisse-moi te regarder en face. Une seconde. Voilà. C'est toi ?

Script : Toi...

Jack : Je vais nous fondre. Tu m'aimes ?

Script : Je ne sais pas.

Jack : Tu ne sais pas ???

Script : Je sais. Je veux. Je sais que tu me veux. Oh, oui, je t'aime...

Jack : Ouf. Ok. Veux tu rester pendue à cette branche ?

Script : Je te l'ai dit, si je lâche la branche, on dégringole. Et si tu continues à me faire l'amour, à me faire jouir doucement, vague après vague, peut-être monterons nous ensemble vers les cîmes. Et pour cela il nous faudra nous taire...

Jack : Nous taire...

Script : Et accepter de vivre unis, de jouir unis : lapsus.

Jack : Oui, je sais. Alors on va laisser le langage dans nos poches pour la suite du voyage. Tu prends ton billet ?

Script : Garçon, 2 billets pour le Septième Ciel, 2...