The Magic Crystal

Qui ne souhaiterait pas avoir à sa disposition une boule de cristal ou un autre objet magique capable de prédire l'avenir?

Si je possédais le cristal magique, je tiendrais de nombreuses séances de consultations pour moi et mes amis, surtout les jours où nous nous posons des questions difficiles à résoudre, ce serait tellement plus simple.

J'organiserais de rites secrets où je découvrirais tout ce que nous ne savons pas. Et puis non, je préfère ne pas trop savoir de quoi demain sera fait. Pourtant...

Mais quelle sorte de questions faut-il adresser à l'objet qui « voit » l'avenir ? Surtout pas une question à développement. L'amie qui me confiait aujourd'hui souffrir de la perte d'une amitié qui lui était chère demanderait peut-être : « Va-t-elle me revenir ou non ? » Donc, pour questionner l'avenir, il faut prévoir une alternative à l'action possible de l'objet. Et on a aussi aussi besoin de savoir qu'est-ce qui va influencer l'objet, quelle force extérieure induira le changement : le hasard, la saison ou même une divinité, qui sait ?

Quand on aime, on se demande : m'aime-t-il ? ou m'aime-t-elle ? Il n'y a jamais qu'une réponse possible : Oui ou Non, ce qui revient au Tout ou Rien. Pourquoi ne sommes nous pas conscients du fait que l'amour comme le fruit et la fleur a besoin de mûrir et de grandir ? L'amour est comme l'amitié, je ne le cherche pas, et à la limite, je ne le désire pas, il est là, ou pas. Il est donc en dehors de mon désir. Par contre je voudrais que la boule de cristal me dise s'il m'aime, et s'il va me le dire bientôt. C'est l'angoisse de l'attente. L'espoir de voir son regard briller et le mot surgir. Conquérir. D'où le besoin d'agir, de faire quelque chose pour que cela se produise et se reproduise sans jamais s'arrêter.

Extrait du Journal de Mille jours, le 21 août 1983 :

« Tes yeux à toi, souvent, par la manière de rencontrer la lumière, tournent au vert. Tu t'enivres alors du regard qu'elle pose sur toi. Si tu le pouvais, tu vivrais sans cesse dans le bon angle pour conserver sur ton iris la couleur qui attire ce regard amoureux... Quel ambitieux projet que de se laisser aller dans le captage de nouvelles tendresses. » (André Carpentier)