lady claire

Vous pouvez me mâter, m'enfermer, me baillonner
avec votre argent en chien de fusil
avec vos polices et vos lois
avec vos cliques et vos claques
je vous réponds

NON
je vous garoche mes volées de copeaux de haine
de désirs homicides
je vous maganne
je vous use je vous rends fou
je vous désinvestis de moi
vous ne m'aurez pas vous devrez m'abattre pour ce faire
avec ma tête de caboche, de noeuds de bois, de souches
ma tête de semailles nouvelles
j'ai endurance, couenne et peau de babiche
mon grand rêve claque
la rosée bouge ma poitrine résonne
j'ai retrouvé l'avenir *

Ah que ça fait du bien de relire Gaston Miron. Ça secoue les puces, ça réveille, ça sort le Pea Soup de sa can de bines p'is de sa bouteille de Pepsi, ça sort la Frog du pot de Marmelade dans lequel elle patauge et se fait aller le dam Canuk. Oui, Gaston, je recopierai cent fois : « Mon nom est « Pea Soup ». Mon nom est « Pepsi . Mon nom est « Marmelade ». Mon nom est « Frog ». Mon nom est « dam Canuck ». Mon nom est « speak white ». Mon nom est « dish washer ». Mon nom est « floor sweeper ». Mon nom est « bastard ». Mon nom est « cheap ». Mon nom est « sheep ». Mon nom... Mon nom... » Comme ça, je me souviendrai de mon nom. C'est demain la Saint-Jean.

Or donc, où en étais-je ? Toujours dans les choux. J'arrose mes fleurs, je délire avec Jack. J'écris comme une folle. J'ai passé un examen ce matin. Français : 100 questions en une heure. Je sais que j'aurais A, parce que j'ai raté quatre questions, les autres je les ai eues tac tac tac. J'enrage, je voulais un 100, un A+. Je sais que je l'aurai pas, non. Damnée langue française. J'en arrache avec les anglicismes et les québécismes. Oui, les québécismes sont pas admis. Faute ici et là, faites partout. J'en arrache avec les pluriels tordus, les consonnes qui doublent ou ne doublent pas (surtout les P, j'sais pas pourquoi) et les maudits participes suivis d'un infinitif quand la phrase est tellement tarabiscotée qu'on la comprend même pas. Font exprès de tendre des pièges pour nous attraper au colet. Argh!

J'ai oublié de manger aujourd'hui. J'arrive à 22 heures 45 avec mes deux toasts au Nutella de ce matin. Donc, je ferme cet ordi et je sors souper au resto avec Rosa. 23 heures, belle heure pour aller souper! J'ai envie d'une montagne de moules marinières avec des frites et du Chardonnay glacé. ROSA !! Attends moi, j'arrive.

__________________
* Gaston MIRON : un extrait de La Batèche.