106. entre aider et aimer

J'ai fait bien attention de ne pas trop abuser du sirop In the Sun

pommierenfleur.jpg

Entre aider et aimer, il n'y a qu'une lettre. Et quelques fleurs de pommier.

Je crois que je me suis à nouveau laissée gagner par la fièvre. Mais je veux revenir aujourd'hui à ce journal. Trop d'analgésiques. Manque de rêves. Croupir dans un lit ne m'intéresse pas. Je pense que si je meurs un jour (mais les fées ne sont-elles pas immortelles?), je mourrai debout, en marchant, ou penchée en train d'arroser une fleur, ou occupée à embrasser mon fiancé (I know he's coming soon) ou assise, un crayon à la main en train d'écrire fiévreusement une lettre d'amour à Musset.

Script est encore un peu sous le coup des analgésiques, non ? Alors elle a le droit d'écrire tout de travers, elle délire dans son sommeil. Il est bon d'écrire sans réfléchir. Je ne sais pas ce qu'il faudrait écrire. Je suis ce que j'écris.

Écrire la joie, la douleur, le souffle. Écrire que finalement je suis là. Écrire que j'ouvre les yeux aujourd'hui. Écrire que je veux cueillir des fleurs et qu'il n'y a rien de surprenant aujourd'hui. Qu'aujourd'hui est presque comme hier et avant hier et avant avant hier...

Écrire une étreinte fraternelle. Ça fait du bien. Écrire que des ailes me poussent à nouveau dans le dos et je me dis que pourtant j'ai fait bien attention de ne pas trop abuser du sirop In the Sun.

Je n'ai pas encore vu la vidéo d'In The Sun. Un ami a promis de me l'apporter bientôt, quand il passera prendre le thé. J'ai hâte. Il fera mieux de ne pas oublier car Script pourrait lui envoyer un peu de pluie et de tonnerre, sinon.

Je suis contente. À l'hôpital, ils ont été trop gentils. Le mal est parti. J'ai dormi, dormi. C'est fini. La bulle n'était pas venimeuse. Mon sein gauche reprend sa vie d'avant. La petite cicatrice ne se verra presque pas. Et avec les médicaments, ça va aller. Jubilation. Écrire la vie. Vivre. Je suis heureuse. Je vais commencer un livre sur la vie des lutins mais on ne doit le dire à personne. Les lutins sont en danger, je veux faire quelque chose pour eux. Les lecteurs de ce journal feront bien de garder ce secret bien caché sous clé dans leur coeur. Promis, juré ? Faut pas en parler.

timbrefrdeesse.jpg

Je n'ai pas encore répondu à la dernière lettre de Jack. Je sais qu'il comprendra. Je dépose ici cette belle lettre qu'il m'a envoyée tout à l'heure. Merci Jack.

Pour lire sa lettre, cliquer sur le timbre de la déesse.

Haut de page