bananes

Pas fait grand chose de ma journée d'hier. Ça c'est pas vrai. Ma journée, elle a été douce et bien remplie.

Pour commencer, avouer que je ne suis pas allée dévaliser de librairie. Parce que, après avoir jeté un coup d'oeil aux livres qui s'empilent partout dans mon petit home, j'ai compris que je n'avais qu'à étendre le bras pour en trouver des « pas lus » ou des « à relire avec plaisir», selon les piles et amoncellements divers. Pas besoin de rien acheter. Et tout ça pour dire aussi que la boulimie de lecture projetée n'a pas eu lieu. Non.

J'ai plutôt fait encore une belle folie dans ce journal. Folie qui m'a attachée à mon ordinateur toute la soirée et qui est visible dès à présent : le déménagement de la marginalia du côté droit vers le côté gauche de la page. Ceci impliquait l'installation de cadres.

Comme je n'y connaissais rien. J'ai zigonné avec WebExpert [fraîchement téléchargé hier soir lui aussi], et pas à peu près. Pas aussi simple que le Netscape Composer, ce bidule, mais fort utile.

À un moment donné, il devait être 23h [vendredi soir], plus un lien ne fonctionnait. Non, ils fonctionnaient, sauf que les pages s'ouvraient dans la marge ! Disons que j'avais pas vu venir le bogue. Après avoir essayé à peu près n'importe quel code, j'ai fini par trouver un truc. Qui marche mais c'est pas à mon goût. Les fenêtres s'ouvrent au complet, alors que je cherche à les faire ouvrir dans le cadre de droite. Je finirai bien par trouver la recette.

Et voilà qu'à 10:35 précises, le samedi matin, je trouvai le truc - il fallait écrire TARGET="journal" et non "_top", un jeu d'enfant... je mordis alors mentalement le logiciel, ce qui me fit du bien - et à 10:40, les liens de la marginalia furent-ils opérationnels Sir? Yes, Sir !

Quoi ? J'ai bien réussi à faire pousser un bananier ! [et j'ai aussi trois germes d'oiseaux de paradis qui se développent très bien]. Le bananier, c'est ma fierté du jour [ma page avec des cadres ? bof]. Les graines de musa ensete que j'ai semées au mois de mars ont donc porté fruits. Pas encore de bananes, mais une plante qui a déjà trois belles feuilles, d'un vert laitue Boston, et qui mesure déjà 30 centimètres. Ça promet !