les apparences de la plus belle entropie

Hier j'ai pris congé du journal et c'était bien. Ma priorité doit demeurer la rédaction de ce mémoire, le déposer au plus vite et passer à autre chose. J'ai en tête un projet de recherche pour le doctorat. J'ai hâte de me réinscrire à des cours, ça manque.

Mais si je pense à réduire les délais de production, je ne vais pas pour autant bâcler le travail. Tout est déjà écrit mais l'ensemble est assez complexe. Chaque idée, chaque mot sera vérifié, chaque phrase analysée, soupesée. En ce moment, je sais que j'ai besoin de ce journal un peu comme d'un témoin ou d'un ange gardien qui me coache et il se trouve que je suis extrêmement tentée de lui accorder plus de temps, soigner un peu son écriture à lui aussi au lieu de livrer un premier jet comme je le fais en ce moment.

Normal ce besoin de corriger, raturer, biffer. On pourrait croire que mes besoins d'écrire sont comblés ? Pas du tout! J'écris encore dans mon journal papier, dans mon cahier de bord pour le mémoire et le roman en chantier, ici, et depuis trois ou quatre jours, je note de plus en plus de choses dans un cahier à reliure spirale qui est placé à côté de l'ordinateur. Pas maniaque ?

Écrire me fait plaisir alors, conclusion, je ne m'en prive pas. L'équation paraît simple, trop. Et puis ma boulimie de lecture s'est agravée. J'avais mis de côté Belle du Seigneur à la page 388 ? Eh bien, je n'en suis pas à une contradiction près : je l'ai ressorti hier soir et lu jusqu'à la page 490. Je ne décroche plus, maintenant. Avant hier, je suis passée au travers de ce magnifique Hygiène de l'assassin d'une seule traite avant de me coucher. Je le relirai plus calmement dans le prochains jours. C'est d'ailleurs ce livre qui a agi comme antidote, j'en suis certaine, car j'y pensais en le lisant et après avoir terminé, je n'avais plus aucun problème à lire Cohen, bien au contraire.

Je noterai plus en détail ce qui s'est dénoué là une autre fois. Ce matin, j'ai besoin de marcher. Il pleut un peu mais ce n'est pas grave. Je veux profiter au maximum des feuilles d'automne, puis cuisiner, puis aller souper en ville ce soir et traîner deux heures dans mon bain [je crois être devenue addict à l'huile de bain aromatisée aux extraits de romarin] et puis me faire belle et puis séduire et me laisser séduire par le bel homme entrevu l'autre soir. Tout cela à acomplir dans le plus complet désordre, bien sûr.

Haut de page