juillet 2004 (14)

jeudi 1 juillet 2004

209. zen

Encore et toujours réfléchir aux similitudes entre l'amour et l'écriture. Les deux semblent originer d'un même mouvement créateur de soi où je me retrouve dans l'absolue nécessité d'aller vers l'autre au risque de ne plus jamais en revenir, d'y laisser ma peau. Cela m'emporte comme un fleuve, ce lire la suite


vendredi 2 juillet 2004

210. les matinales

Une fois de plus, levée très tôt. Je dors encore dans la chambre du devant, celle de la cloche. Je me réveille avant de l'entendre sonner. Merveille. En fait je me lève plus facilement le matin quand je suis en vacances. C'est fou ce que j'ai d'énergies à l'heure des poules, et j'en profite. Si je lire la suite


samedi 3 juillet 2004

211. l'eau

la digitale, d'après une illustration ancienne

Petit matin. Le ciel est en eau, il ne fait plus qu'un avec le fleuve. Heureux mariage. Hier soir, c'était la brume épaisse, magique. Va pleuvoir bientôt. Les chats se comportent comme des enfants avant une tempête de neige. Avec les griffures en prime. S'il pleut toute la jounée et que je ne peux lire la suite


lundi 5 juillet 2004

212. les oiseaux

Une femme a photographié les larmes d'une rose et elle me les a envoyées. Ne pleure pas, petite fleur. Elles sont magnifiques ces roses, mais ce ne sont pas des roses des bois. Je préfère que les roses des bois restent dans les bois pour tenir compagnie aux loups et aux petits renards roux. Jordan lire la suite


jeudi 15 juillet 2004

213. le petit cochon noir

Je remets et reprends pied tranquillement pas vite dans les jours et les nuits de la ville tantôt détrempée de pluies frileuses, tantôt sauvage à nous griller comme des grains de cafés huileux sous un soleil torride. Je projette déjà de passer mes prochaines vacances sur une île repérée lors de mes lire la suite


vendredi 16 juillet 2004

214. sur le bout des pieds

J'ai travaillé à la composition d'un poème destiné à une jeune héroïne de Tchekhov, le dos bien callé sur un coussin russe, et je l'ai lâché quand il s'est mis à sonner comme une enfilade de petites clochettes désordonnées. Pour le reste, j'ai laissé le temps et le monde glisser sans moi. J'ai passé lire la suite


dimanche 18 juillet 2004

215. java gitane

Dimanche après-midi, 15 heures, et il dort encore. Pour faire une longue histoire courte, il sortit hier à cinq heures, comme la marquise, et débarqua chez-moi dix minutes plus tard avec son pack sac kaki bourré de vêtements, victuailles, livres, vodka, caviar, vins, ordi et téléphone portables, et lire la suite


lundi 19 juillet 2004

216. au-delà de la réparation

Serge Doubrovsky raconte dans l'un de ses romans avoir rencontré l'écrivain américain d'origine polonaise Jerzy Kosinski, qui s'est suicidé, comme presque tous les auteurs que je lis ces temps-ci. Si je laisse mes lectures m'attirer sur ce terrain mouvant, c'est que le phénomène me fascine et lire la suite


mardi 20 juillet 2004

217. notes prises au stylo

Déjà 20 heures. Pas mangé. Faim de loup. Pendant que le riz cuit lentement à la vapeur et que le bidule de l'antivirus scanne mon portable à la recherche de poutres dans l'oeil du machin pour séparer le bon grain de l'ivresse [hic : l'ivraie], je note sur un bout de papier servant habituellement à lire la suite


jeudi 22 juillet 2004

218. le jeu de l'oubli

Je relisais le début du Le livre brisé, avec le trou de mémoire de Doubrovsky, quand j'ai songé à la mère de J. qui avait oublié tout ce qui concerne la naissance de sa plus jeune fille. C'est du moins ce qu'elle racontait : « Je ne me souviens plus de rien. » L'heure, et le jour et la date et les lire la suite


dimanche 25 juillet 2004

219. le jeu de l'oiseau

Un oiseau est entré dans la maison, dans la gueule d'un chat

Sept heures du matin. Un oiseau est entré dans la maison, dans la gueule d'un chat. Le chat a lâché. L'oiseau s'est envolé. Je l'ai attrapé. Qui c'est ? Qui c'est qui va manger l'oiseau ? Personne. Lalalèreu. lire la suite


lundi 26 juillet 2004

220. made in bible

J'ouvrirai la Bible et relirai la somptueuse histoire de Judith, son séjour dans le camp ennemi, le banquet, et le moment où elle décapita Holopherne : « Avec le sabre, elle frappa de toutes ses forces le cou d'Holopherne par deux fois et elle lui coupa la tête ». Lirai aussi « Job ». Me souviendrai lire la suite


mardi 27 juillet 2004

221. jam

Je prends plaisir à savourer ce que m'offre le soleil, le doux temps et les grosses pluies de l'été. Je cueille des poignées de bleuets qui poussent partout et tout seuls sur le cap de roches. Je sors tôt le matin et je grimpe là-haut nu-pieds comme un jeune singe pas nu. J'arrive à me taire et à lire la suite


vendredi 30 juillet 2004

222. acte manqué

Ai-je pensé à vous raconter que j'ai mis la main sur les Mémoires intimes de Simenon, suivis du livre de Marie-Jo, oui ou non. J'ai dû oublier. C'était à la petite librairie de VLB, à Trois-Pistoles, un bel après-midi de juillet, pendant mes vacances. Ce soir j'ai pris le gros livre et je l'ai mis lire la suite


Haut de page