11 mai 2001

Bonjour Jack,

Pardonne-moi, je ne dois pas être très bien réveillée, car je lis ton dernier message et sur la deuxième partie, sur le 05 et le 88, je ne sais pas quoi te répondre.

Tu m'as encore écrit une très belle lettre. De la poésie. C'est le genre de texte que je publierais dans mon journal. Mais alors il se passera la même chose que pour ta lettre sur l'entrée 87 : je ne t'ai même pas encore répondu. Parce que je crois que je ne sais pas justifier ou argumenter/défendre ce journal.

Sache que je relis rarement à fond ce que j'écris. Je ne l'analyse pas. Et à la limite, je ne le comprends pas. Tu me ramènes en arrière. Derrière, alors que je regarde uniquement par en avant ces jours-ci, [...]

N'oublie pas que derrière le journal et l'écrit du journal, il y a une personne et qu'il ne faut pas les confondre. JE ne suis pas ce que j'écris. L'écriture transforme, elle travestit la vie. Moi, je ne sais rien de cette écriture-là. Je ne suis que celle qui écrit. Que faire ?

______

[...]

_______

Je crois que je ne comprends pas tout ce que tu as voulu me dire.... tu y crois, à ce que Lise écrit ? C'est quoi la queue de poisson ? [...]

Je te laisse, ça va pas très bien ce matin... je me sens plus fragile que ce que tu peux imaginer de fragile : une goutte d'eau.

Script


Retour au journal : billet 97, le 12 mai 2001