si muette

Pourquoi je n’écris plus dans mon journal en ligne, presque plus ? Pourquoi ? Je ne sais pas.

Si je changeais la question du pourquoi sans réponses par un comment ça se fait, j’allumerais peut-être un peu plus de lumières sur la chose.

J’ai bien un roman en chantier, mais ça ne prend pas tout mon temps. Je sors, je marche, je mange, j'écoute de la musique. Je lis, j'ai commencé un puzzle de mille morceaux, je fais le pain, le ménage, le plan du jardin pour l'été prochain, mais ça ne prend pas tout mon temps non plus.

Il fait doux depuis presque dix jours. L’eau du fleuve n’est même pas gelée. De grosses plaques de glace commencent à s’accumuler sur la rive. Je vois encore passer les bateaux et de temps en temps ce sont les cornes de brume qui me réveillent le matin. Je trouve que les arbres sont beaux sans les feuilles. Il y a plein de petits oiseaux qui folâtrent dans les hautes branches des lilas. J'imagine qu'ils mangent les graines ou les carcasses d'insectes surgelés.

IMG_0077.jpg

Le temps de chacune de mes journées s’organise, se remplit de toutes sortes de choses que je fais parfois sans trop y penser, et il se vide quand arrive la nuit. Je dors profondément et longtemps, ça fait du bien. Avant, quand j’ouvrais ce journal et que je vous [et me] concoctais une petite page, c’était aussi bénéfique et réparateur qu’une bonne nuit de sommeil.

Alors pourquoi [ou comment] suis-je peu à peu devenue si muette, ou presque ? Qu'est-ce qui m'est arrivé pour que je m'éloigne d'une activité qui me plaisait ? J'aime peut-être autant pas tout comprendre. Si je disais que j’en ai pas envie, ça serait faux. J’y pense tous les jours. Et plusieurs fois par jour. Sans passer à l’acte. J’en ai envie. Je veux. Mais tout se passe comme si je ne pouvais pas.

En fin de compte, j’ai toute pour. Je n’ai absolument rien contre. Et ce silence me tuera si je ne fais rien. Si je ne me résous pas à faire quotidiennement comme ce matin quand je me suis dit allez vas-y. Assieds-toi, écris n’importe quoi. Fais-le. Comme tu ferais un exercice de réchauffement, une séance de méditation, un entraînement. Fais-le sans trop y penser, comme tu vas chercher ton courrier, comme quand tu prends ton bain ou que tu laves la vaisselle. Mais fais-le bien. Ne juge surtout pas ce qui va en sortir. Fais le juste pour combler le désir. Sans commentaires...

|||||||||||||||||||||||
Note : J'ai désactivé le bidule à commentaires pour un temps. Je reçois énormément de spam et je n'aime pas tellement passer mon temps à faire du ménage là-dedans. Si je ferme pour un temps, la vermine qui s'amuse à polluer mon journal va peut-être m'oublier. Je suis désolée pour ceux qui aimaient à m'écrire un petit mot de temps en temps. Vous pouvez toujours m'écrire avec le formulaire de contact ou par email à : strohem arobase gmail.com, ça me fera plaisir. Des fois je réponds, comme dirait l'autre.