bientôt...

Demain. Demain j'écrirai le pourquoi et le comment. Je sais, ça fait longtemps. Mais je n'ai abandonné personne. Ni rien. Juste eu besoin de temps pour lécher mes blessures. Me réorganiser. M'organiser. Installer mon bureau, la maison. Je n'ai encore ni nouveaux colliers, ni bagues, ni aucun bijou sauf des boucles d'oreilles, de toutes petites boules en or jaune que je porte jour et nuit. Des bijoux, j'en veux plus.

Je n'ai pas été capable de reprendre ce journal parce que je n'ai jamais pu écrire la suite de mon histoire de vol. Ç'a été long et difficile. Dur. Je refais surface. Jamais écrit la suite non plus dans mon journal papier [j'aurais pu le recopier]. J'en ai parlé un peu, pas beaucoup. Recommencé depuis peu à bien dormir, à faire de la soupe et des gâteaux. Fait réparer la vieille machine à coudre qui a servi à faire des robes de poupées, une belle histoire. J'émerge, comme ils disent. Je vous laisse avec ça.

Quant à Lucille Starr et « Quand le soleil dit bonjour aux montagnes » [« The French Song »], je vous raconterai peut-être d'où me vient l'amour de cette chanson, une histoire vécue pour vrai [si si, une autre belle histoire, pas trop longue] avec en toile de fond cette magnifique chanson, telle que racontée par un cher vieil ami gros fumeur mort d'un cancer du poumon [comme ma Judith à moi].

Et la belle image en bas, qui mène à « Watermelon weather » [Bing Crosby et Peggy Lee] quand on clique dessus ? Ça, c'est autre chose. Il y a un lien très fin là-dessous, plutôt ténu, comme un petit fil rose sur lequel je n'ose pas tirer trop fort.

Il a fait tellement beau soleil depuis quelques jours. C'était réconfortant. Tout ce soleil m'a fait du bien. Je vous le donne.

Et le froid ? On gèle. Le vent du fleuve est glacial de ce côté-ci de la rive. J'ai sorti les couvertures de laine. Je m'habille chaudement. J'allume et nourris le poêle à bois. Le sang s'épaissit tranquillement.

Madame Minouche me dira : – Mais ne trouvez-vous pas que c'est déprimant, que les soirées sont un peu trop longues ?

Moi : – Les nuits qui commencent à cinq heures du soir, ça dure pas si longtemps. C'est plus calme. Pour mieux se reposer, se réchauffer. Autant en profiter...

037-how-to-write-a-love-letter-q85-489x500.jpg