les parfums envoûtants

Carré Rouge

Belle journée chaude avec ciel bleu. Et carré rouge.

J'ai pu dormir tard [enfin] et récupérer un peu d'énergies.

Envie d'écrire l'espoir, le ne pas lâcher. C'est à l'espoir que je pense depuis que j'ai lu le commentaire de Julie sur ma page d'hier. Elle a bien raison de croire que cette loi est répressive et fait reculer nos droits et libertés. Pour le moment c'est ça. Ça va mal. Pi ça va aller encore plus mal. Et puis après, il y aura du changement. Malgré cette loi mal fagotée et ses semblables en répression qui poussent comme des champignons ces temps-ci, nous avançons à pas de géants. Malgré les apparences, nous ne reculons pas. En ce moment, nous apprenons la mémoire, apprenons à marcher. Cessons de ramper devant la dictature déguisée en démocratie.

Encore 300 arrestations hier soir. Assorties de contraventions plutôt salées. Lâchez pas les boys, en plus de tapocher les jeunes [et les plus vieux qui ont sauté dans la rue pour protester] et de pisser comme des moufettes apeurées avec vos fusils à bombes puantes sur les gens aux terrasses des cafés, vous allez maintenant permettre à ce gouvernement corrompu de nous siphonner encore plus d'argent [faut bien la payer la belle police qui fait son beau travail toute la nuit]. Bravo.

Par ailleurs, quelques préoccupations techniques [indécentes dans un tel contexte] :

1. Je cherche un moyen que le texte, les images et les clips demeurent opaques même si le fond est transparent. Je vais travailler là-dessus en mode local.

2. J'ai longtemps cherché hier soir [pour McComber] comment trafiquer une video youtube pour qu'elle soit plus courte [celle où la jeune fille se fait attraper] et tourne en boucle. Ça aurait pu se faire, mais je ne me sens pas le droit de cisailler et charcuter l'oeuvre des jeunes journalistes de CUTV [qui n'est pas sous licence créative en commun, selon You Tube] sans leur permission. J'ai pas le temps de la demander non plus. Alors je n'ai pu que la faire commencer juste avant la scène écoeurante. Il suffit d'ajouter &start=155 au bout de l'url de la video.

Pour en revenir au quotidien objet platte et nombriliste de ce journal, la vie continue [indécente et obscène] je continue à préparer mon déménagement. C'est long. Dernier lundi soir où je dormirai dans ce petit appartement sombre, à dix pas du trottoir.

Ce matin, j'ai encore la nausée. Ça doit être la faute aux mites qui ont bouffé mes vieilles couvertures en laine du pays tissées par ma mère, la faute à la poussière et aux cartons. Mais pas la faute aux parfums envoûtants des seringats, des camélias, des viburnum, des violettes et des lilas. Eux, ils sont là pour l'espoir.