vivement le jour où plus personne n'aura de baby-boomers à blâmer pour tout ce qui va mal

Le commentaire du jour...

Quand cette mesure sera totalement en vigueur, les plus vieux des baby-boomers auront 83 ans. Je serai vraisemblablement dans une urne et la majorité n’en sera pas loin non plus.

Quant à ce que cela aura coûté, les plus aisés d’entre eux l’auront redonné à l’État en vertu du maximum de revenu autorisé en l’espèce et les moins aisés l’auront aussi rendu à l’État par le paiement de leurs coûts d’hébergement en CHSLD.

Et ceux du milieu, c’est-à-dire ceux qui auront payé les études de leurs enfants par le biais de droits de scolarité gelés, payé les garderies à 7$ par le biais de leurs impôts et vu à leurs vieux jours tout seuls en mettant de l’argent de côté et assuré seuls leur logement, assumé leur vieillesse et leurs maladies par le biais de tarifs de toute sorte auront quand même laissé un héritage substantiel aux «X» et aux «Y» qui ont suivi.

Alors tout le monde sera enfin content. Et plus personne n’aura de baby-boomers à blâmer pour tout ce qui va mal. Ça va libérer de l’espace dans les médias, ou ce qui en restera puisque la tendance est de se limiter désormais à 140 espaces/caractères. Et ça sera tant mieux puisque ça forcera ceux qui n’auront rien à dire à le dire en peu de mots.

{*Auteur : « jeanfrancoiscouture ». Commentaire publié le 29 mars 2012, 22h47. Sur l'article « Prestations à 67 ans : baby-boomers épargnés » Le blogue de l'édito.}