142. lire l'ire

000-iv-frontispiece-white-knight-q75-334x500.jpg

par fragments, pas souvent, un peu décousu, mais retour à l’écriture tout de même

j’ai appris il n’y a pas longtemps que la honte est une émotion mixte [l’avais-je écrit dans ce journal ? m’en souviens plus] : un mélange de colère et de peur, paraît-il

la honte concerne souvent l’argent et le sexe ; difficile de ne pas rougir de honte, de cultiver des silences coupables

même quand on est tout seul avec soi-même

j'ai appris hier que les fourmis ne sont pas végétariennes. ni végétaliennes [des végé italiennes, arf], c'est toujours ça de pris

et pendant que j'en parle, je cherche inlassablement des raisons d’exprimer verbalement de la colère face à la société pis j’en trouve pas

j’en trouve pas des raisons de me fâcher, j'en ai pas, malgré la grève des Postes qui s’éternise, l’immonde quantité de suiveux qui ont élu des presque analphabètes aux dernières élections et qui ont même pas été fichus de garder monsieur Duceppe [une vraie honte], les nids de poule plein les rues de mtl, les rues [de mtl] bloquées en permanence par la construction et les interminables bouchons de circulation qui s’ensuivent, la bouffe trop cher et insipide qui provient massivement des usa, les guénilles trop minces et toutes pareilles fabriquées en chine, les livres de + en + chers et mal écrits [imprimés en chine], les éditeurs qui refusent mes manuscrits, ceux qui répondent même pas [salauds], les milliers de cyclistes à l’envers dans les sens uniques ou qui te coupent à dix cm de la roue avant droite mais c’est pas eux autres les tarlas, c’est toi, c’est toujours la faute aux automobilistes qui crachent le fioule à pleine rue et qui empestent mon bureau quand j’ai le malheur d’ouvrir la fenêtre. en plus ils grignotent la glace des banquises et la planète se réchauffe, honte sur moi. pis en plus, on aura bientôt plus de ponts assez solides pour sortir de l’île [de mtl], on fera quoi s’il faut évacuer d’urgence ? s’empiler pêle-mêle au fond des nids de poule ? crever dans les bouchons ? argh

à bien y penser, j’en ai plein de raisons de chiquer la guénille [encore elle], de ronchonner, de critiquer, de râler, de gueuler, de chicaner jour et nuit, de ruer dans les brancards, de maudire la terre entière et sa mère en public comme en privé. mais je le fais pas

c’est ça le problème

je me dis que ça sert à rien de s'énerver, que ça changera rien, je me laisse endormir par la torpeur ambiante, je ravale la colère pis après je meurs de honte au fond de mon lit parce que tout ce qui arrive de pas bon autour de moi, c'est par ma faute, par ma faute, par ma très grande faute

mais donnez moi un peu de temps et je vais apprendre à la lire ma colère, apprendre à lire l'ire...

et en faire quelque chose de magnifiquement beau et bon

sur ce, merci à ceux qui s'aventurent à écrire un commentaire. des mots et des bisous, j'adore ça. on en fera des tartines pour Alice, pour quand elle va retourner au pays des merveilles

les tartines, ça fait grandir