139. il sera une fois

C'est tout un « Je me souviens » que celui de Fred Pellerin !

c'était pas de la nostalgie

c'était juste un entrebaillage

sur des demains

qui se pouvaient encore [Fred Pellerin]

Bonne Saint-Jean !

Bonne fête Québec !

Et vive le Québec libre !

Parce qu'« il sera une fois, ça se conjugue ben aussi... »

Et ce matin, j'aime la pluie qui lave.

J'aime la pluie qui arrache des bonnes odeurs de campagne sur le bord des trottoirs.

J'aime la pluie parce que c'est quelqu'un qui est capable de pleurer pour moi quand je ne consens pas à le faire et ça fait du bien.

J'écoute et je regarde la « prise de parole » de Pellerin et je me dis qu'il nous faut un poète au pouvoir, comme au temps des mythes et des légendes.

Au fait, pourquoi pas lui ?

On ira réveiller le vent,
Celui qui tient l'espoir et le cap.
Sur les mots puis dans les airs,
Dans le grand manche branlant
Avec quatre siècles d’erre d’aller…
Dites-moi qu’on fonce.
À la limite, s’il faut tomber,
On aura l’élégance de tomber ensemble.

Est-ce qu’il sera une fois?
Il sera des millions de fois.
Il sera sept millions de fois.
Puis l’histoire va reprendre de son aile
Puis son coin de ciel.

Il sera une fois…
Dans un pays lointain…
Juste de le dire
Déjà il est moins loin.