136. l'enfant de la nature

erick_chouetterayee.jpg

Les tribus amérindiennes qui adoraient le Lièvre ont été décrites par les premiers voyageurs venus d’Europe comme étant des gens simples. 

Les relations qui les unissaient aux forêts et aux rivières étaient profondes et personnelles, et celles qu’ils vivaient entre eux étaient directes et dépourvues de complications.

Le monde qui les entourait était pour eux organisé démocratiquement et les vertus originelles y régnaient : la maîtrise de soi et une conception assez rude du sens éthique de la vie. 

C’étaient des enfants de la nature dans le bon sens d'une expression qui a été si souvent abusée. 

C'étaient des enfants qui guettaient encore derrière les arbres pour voir apparaître les faunes et les satyres. 

Ils se racontaient de merveilleuses histoires. 

...

En voici trois que Paul Radin * a recueillies chez les Ojibwa, dans le sud-ouest de l’Ontario :

Histoire de la chouette

Une fois un Indien cria : « J’entends une méchante chouette. » 

Ses amis s’exclamèrent : « Fais attention, cette chouette te défie. » 

Alors on entendit huer la chouette. 

Mais de nouveau l’Indien cria : « Méchante chouette ! » et de nouveau on entendit la chouette huer et cette fois le bruit venait de tout près. 

Mais l’Indien sans rien craindre sortit du wigwam et, assis devant, il cria : « Méchante chouette ! Méchante chouette ! » 

Et ainsi ils restèrent les deux à crier l’un contre l’autre toute la nuit.

Histoire de l’animal blanc

Un vieillard dit une fois à ses enfants : « Il va passer dans deux jours, l’animal blanc. » 

Les enfants se réjouirent beaucoup de ce qu’ils allaient voir l’animal et l’un d’eux demanda au père : « Père, est-ce cet animal qui apporte le matin ? » 

Et le père répondit : « Oui. Bientôt vous l’entendrez approcher et chanter. »

À deux jours de là, il dit à ses enfants : « N’oubliez pas, vous l’entendrez aujourd’hui avant l’aube. Regardez, le voilà. »

« Aouihihi, aouihihi », entendirent-ils. Et il s’en alla vers l’ouest en chantant et ce fut le matin.

Histoire de Pan lui-même que nous voyons passer au milieu des forêts

Un jour, un Indien en chasse tomba sur un cerf, mais, avant qu’il pût tirer, il aperçut un lynx qui rampait. 

Il ne tira pas, car il voulait voir ce qu’allait faire le lynx. Lorsque celui-ci se fut suffisamment rapproché, il sauta sur le cerf et enfonça profondément ses griffes dans son dos. 

L’Indien les suivit. 

Le pauvre cerf bondissait de toutes ses forces ; comme il passait sous une grosse branche d’arbre, le lynx reçut un tel coup qu’il eut le crâne fracturé et mourut. 

L’Indien ne tira pas sur le cerf.

...

Demain, si j'ai du temps, je raconterai l'histoire du grand dieu Lièvre des Amérindiens.

_____________________

Paul Radin : La civilisation indienne, traduit de l'américain par Éva Métraux, Payot, 1980 [1953].

Photo : de Érick Lamontagne, trouvée sur le site Chouettt'alors.