103. dignité, liberté, égalité, droits, protection

Me sentant vaguement coupable d'avoir laissé l'écriture du journal s'étioler quelque peu, pour des raisons déjà mentionnées et d'autres que j'ai gardées secrètes, je me suis dit en me levant ce matin qu'il était grand temps de me reconnecter avec les règles d'hygiène du journal online. Bonne idée, Lady A.

Par où commencer, de répondre Script ? Relire, corriger et mettre à jour mes vieilles pages traitant du sujet ? Pas beaucoup envie de regarder en arrière. Des fois que je me changerais en statue de sel. Je veux du neuf. Avancer.

Premières nécessités, rester digne et maître de soi-même. Éviter les pleurnichages et la sensiblerie [hum]. Veiller à la promotion et au respect de l'oeuvre [re-hum]. Et puis rester libre, encore et toujours.

Lucas Cranach : Gerechtigkeit als nackte Frau mit Schwert und WaageUne fois que j'aurai mis le premier pied dans ces eaux-là, je ne m'éloignerai pas beaucoup de mon cher sujet en jetant un coup d'oeil sur la Charte québécoise des droits et libertés de la personne [ben là...], où je lirai que tout être humain possède des droits et libertés destinés à assurer sa protection et son épanouissement. Que tous sont égaux en valeur et en dignité.

Parfait. C'est ce qu'il me faut. Une Charte des droits et libertés pour le journal !

Mais. Parce qu'il y a souvent des mais qui surgissent ici et là, sont bien beaux les idéaux. Chacun sait qu'ils peuvent avoir pour revers la discrimination, le harcèlement, l’exploitation, l’exclusion ou, en cas de difficultés de parcours, des lacunes dans les services auxquels le journal et son auteure auraient droit.

Question à méditer [a] : quels sont les recours prévus en cas d’atteintes aux droits ?

Ça va trop vite. Calmons-nous. Chéréflissons en mode brainstorming aux premiers éléments d'une Charte des droits pour un journal en ligne [blog] et son auteure. Que je propose, en vrac :

1/ en tant qu'auteure du journal, j’ai le droit de décider ce qui se passe dans ses pages : je m’attends à ce que les règles [du jeu ou du je] soient respectées

2/ en tant qu'auteure du journal, j’ai le droit de faire des choix sans avoir à me justifier ou à expliquer continuellement

3/ en tant qu'auteure du journal, j’ai le droit de relaxer, de me reposer, de prendre du temps pour moi

4/ en tant qu'auteure du journal, j’ai le droit d’être moi-même : j’ai une personnalité et un caractère unique introduisant une façon unique d’être en interaction avec ses lecteurs

5/ en tant qu'auteure du journal, j’ai le droit de prendre un délai de réflexion avant de prendre une décision ou de donner une réponse à un commentaire ou une demande de ses lecteurs

6/ en tant qu'auteure du journal, je ne peux attendre que ses lecteurs reconnaissent mes droits, mes besoins et ceux du journal lui-même pour les affirmer

Question à méditer [b] : le droit humain, qui est celui de la dignité mutuelle approfondie en acquérant le sens de l’humanité, tient compte de toutes les personnes touchées par le journal, que ce soit du côté des lecteurs ou du côté de l'auteure.

Ouf. Je sens que je viens de me mettre un autre gros contrat sur les bras. Je vous prie de considérer cette page comme un brouillon. À retravailler. Avec vos idées et commentaires, si possible.

Déjà 11 heures passées, faut que j'aille, il fait pas beau dehors, mais j'ai envie d'y aller pareil.

____________________
L'image du jour et sa description proviennent de wikipedia/wikimedia commons : « La Justice et ses attributs : l'épée et la balance. Huile sur bois de Lucas Cranach l'Ancien, v. 1537. Fondation Fridart, Amsterdam. »