70. hier soir...

Il est des chansons qui entrent en moi par le coeur, chamboulent mes émotions et s'impriment tout à fait physiquement dans ma mémoire pour ne plus me quitter. Sans avoir besoin de lecteur CD ou de IPod, j'arrive à les entendre jouer et tourner en boucle - et sans manquer une seule parole, sans rater un seul accord musical - et cela peut durer des jours et des jours.

À peine libérée du « Sacrifice » [Elton Jones - Sinead O'Connor], je fus atteinte de plein fouet, hier soir, par le « Le petit garçon » de Serge Reggiani.

Généreuse, je propage la contagion.