35. lexique : nouveau mot

Ceux qui commencent à me connaître, depuis le temps, m'auront peut-être vue arriver avec « le mot du jour » d'hier et mes gros sabots. Ce nouveau cahier [je sais, faudrait que j'arrête d'en ajouter pour engraisser un peu ceux qui sont déjà là] se trouve à m'ouvrir une petite porte vers la poursuite de mon lexique, – pauvre bête, que je n'alimentais plus depuis quelques bonnes années pour mille et une raisons, justifications et excuses toutes aussi poches les unes que les autres. Quoi qu'il en soit, c'est reparti. J'écris le mot et sa définition [sortie tout droit de l'imaginaire collectif avec ses inévitables et répercutantes retombées dans le mien]  ici et maintenant, et ensuite ils se transporteront dans le lexique sur un tapis volant jusqu'à la lettre d'origine. Le hasard étant toujours aussi bon pour moi, le nouveau départ se fera donc à la lettre Q.

Quark * prononcer kouark. nom à la fois masculin et féminin souvent très pluriel désignant un choeur d'oiseaux marins qui chantent la beauté, le charme, la vérité et l'étrangeté du monde. Joyce en avait engagé trois pour le concert à Muster Mark. Voilà pour la connotation plurielle. Les quarks vivent et se déplacent en bandes organisées survolant les berges, les rivières et les rizières, les bassins versants et les estuaires, les deltas, les méandres, les mascarets et les longs fleuves sinueux : la Volga, le Nil, l'Amazone, le Danube, le Yang Tsé,  l'Ob-Irtych, le Huang He, le Mississipi, l'Amour, le Congo, le Lena, le fleuve noir, le fleuve sauvage et le Saint-Laurent avec ses six affluents, trois d'un côté et trois de l'autre, j'ai nommé l'Outaouais, le Saint-Maurice et le Saguenay d'un bord, et de mon côté à moi de la carte, le Richelieu, le Saint-François et la Chaudière. J'aurais bien aimé illustrer cette page avec des oiseaux qui volent de tous bords tous côtés, mais j'en ai pas trouvés. Par ailleurs, j'ai un concert à rediffuser avant de répertorier pour le bien de cette définition le nom de nos petits et grand chanteurs un par un. J'ai trouvé un beau quark à l'adresse suivante : http://audioblog.sonatura.com, en bas du billet d'octobre 2008. Grand merci à l'auteur.

Idéalement et pour respecter l'esprit joycien, il m'aurait fallu trois quarks en mp3. Pas trouvé. Alors je mets trois fois le même qu'on pourra faire jouer en canon.

Maintenant, passons aux choses sérieuses, le générique. quark, quark, quark. Par ordre d'entrée en ciel le quark post-moderne se compose d'albatros, d'océanites, de petits pingouins, de skuas, de goélands et de pétrels, de mouettes, sternes, canards, foies gras, macareux, cormorans, pélicans, frégates, fulmars, fous de bassan, rougegorges et autres alouettes, de mergules et virgules, de pouillots et guillemots, de corneilles, de stariques, de poules et de coqs, de coucous, couscous, bernaches, fauvettes, passereaux, geais de toutes les couleurs, de rossignols, rossignols de mes amours, hérons, flamands roses, gygis, mésanges, oies, stercoraires, guifettes, butors, hirondelles, dindes et dindons avec la farce, noddis, rousseroles, plus quelques frégates, grèbes et je demande pardon à ceux que je n'ai pas nommés.

J'apprends à l'instant que dans certains pays, lorsque les quarks devenaient trop vieux ils présentaient une sorte d'aphasie très rare et le choeur s'éteignait. Alors les quarks étaient ébouillantés vivants pour ensuite être suspendus le bec par en bas sur des roues à hélices et mis à griller en tournoyant au-dessus d'énormes bûchers où achevaient de se consumer les sorcières du jour. C'était pour exorciser les démons. Après, on les mangeait pour avoir une belle voix.

_____________________
* par extension, le quark sert à désigner la plus jolie particule du physicien