54. les voix

2008.10.05_framboisiers.jpg

J'essaie de concilier travail pour gagner mon pain et travail d'écriture. Je manque de temps et de liberté, oui. J'essaie de ne pas sacrifier le journal au profit du roman en chantier. Je l'ai déjà écrit, je progresse très lentement. Un peu plus de cent dix pages avec un titre temporaire pas beau. Et il manque autant de pages pour que l'histoire en question soit digne du nom avec un commencement, une fin et une grosse tarte aux pommes pour se faire plaisir au milieu [je simplifie, pour l'image]. Autant dire qu'il me reste une autre année de dur labeur. Sauf que j'aime ça à la folie et je sais que je vais en voir l'aboutissement. Que je ferai tout pour que le livre soit publié et lu. Qu'on sera content de le lire. Que j'aurai en même temps créé une forme, pas juste un petit roman arlequin ou une saga familiale plate comme il s'en est écrit mille et une. J'aime écrire. Travailler le matériau, fouiller l'imaginaire. Quand Elle me demande pourquoi j'écris, je dis n'importe quoi. Je dis pourquoi pas. Je lui parle des voix que j'entends. La vérité est que j'ai ça dans la peau. C'est le désir. Le plus grand et le plus cher désir. Qui coûte cher. Très cher. Qui fait parfois, souvent, plus de mal que de bien. Toujours trop de voix qui veulent parler en même temps. YM m'a fortement conseillé l'été passé d'apprendre à les faire taire, sinon... Ce n'est pas que je fais ma têtue et que je ne réfléchis pas à comment taire la prétention des paroles folles en moi et autour de moi. C'est juste que je commence simplement à réaliser, et admettre que ces voix-là contaminent ma vision de ce qui est en train d'advenir, je vois comment elles prennent le récit en otage au fur et à mesure qu'il s'écrit. J'aurai peut-être à sacrifier une quarantaine de pages. Pas parce qu'elles sont nulles à chier, non, mais parce qu'elles sont de trop. Une manière de dent surnuméraire, une excroissance inutile qui, si je la laisse en place, fera pourrir tout le reste. Pas facile de sacrifier des bonnes pages. Mais quand elles n'ont pas d'affaire là, faut faire du ménage. Exit le papier contaminé. Ouf.

La vie continue. Le journal en ligne aussi, pas fort cette année. Les framboisiers produisent encore même si les feuilles ont été rongées par je ne sais quoi ou qui [le gel?]. Photo prise dans mon jardin le 5 octobre 2008. J'ai même cueilli de quoi faire une tarte. À la framboise.