50. refus. comme dans refus global

Rompre définitivement avec toutes les habitudes de la société, se désolidariser de son esprit utilitaire. Refus d'être sciemment au-dessous de nos possibilités psychiques et physiques. Refus de fermer les yeux sur les vices, les duperies perpétrées sous le couvert du savoir, du service rendu, de la reconnaissance due. [Extrait de Refus global]

En 1979, l'animateur Gérald Gravel lit en onde un extrait du manifeste Refus global. Puis, la peintre Marcelle Ferron explique qu'en 1948 le fait d'être artiste était un engagement total, une façon d'être et de vivre.

Outre Paul-Émile Borduas, les signataires de Refus global sont au nombre de 15 : les peintres Marcel Barbeau, Pierre Gauvreau, Jean-Paul Riopelle, Jean-Paul Mousseau, Marcelle Ferron et Fernand Leduc, les poètes Claude Gauvreau et Thérèse Leduc, la designer Madeleine Arbour, la chorégraphe Françoise Riopelle, l'actrice Muriel Guilbault, l'éclairagiste Louise Renaud, le psychiatre Bruno Cormier, le photographe Maurice Perron et l'artiste multidisciplinaire Françoise Sullivan signent le manuscrit.

Pourquoi ce retour dans le temps ? Parce que l'obscurantisme est revenu en force. Et qu'il paraît augmenter au rythme où s'accroît l'apparente facilité des communications, avec le foisonnement d'informations la plupart du temps incohérentes et erronées sur le web et ailleurs dans les médias. Grossière erreur que de nous croire trop bêtes pour penser par nous-mêmes. De croire que nous aimons nous laisser influencer et berner. Erreur de chercher à restreindre les droits humains. Erreur de mépriser l'art et la culture.

Relire le Refus global, parce que l'obscurantisme occulté d'aujourd'hui sera encore plus difficile à dévoiler, dénoncer, refuser et combattre, sinon harponner [harponner harper, arf], qu'au temps des grandes noirceurs, époque qui a conduit ce petit groupe d'artistes vaillants et talentueux à prendre la parole.

Sources : Archives de Radio-Canada, Le Refus global, révolution totale, 1979.