47. retour à la case départ

Eh oui. Retour à la case départ. La case go une fois de plus. Mais sans mettre la main sur les 200 dollars du jeu. L'autre jour c'était une lettre de l'impôt qui m'a tirée au sort pour une vérification de l'année 2005. J'ai pataugé dans mes vieux papiers pendant deux jours, fait faire des photocopies et je leur ai posté le tout. Pas de réponse. Ma vie ressemble de plus en plus à un jeu de monopoly dans lequel je perds plus que je ne gagne lorsque l'acheteur de la maison avenue ventnor ventrenoir décide de passer son chemin. Va pas acheter ma maison, finalement. Peut-être au mois de juin 2009. Never. Si c'est pas maintenant ce sera jamais. Déception. Ça fait un mois que je me préparais mentalement à partir d'ici le premier novembre et puis plouc. Je reste. Va falloir que j'apprenne à vivre autrement. Que j'aille plus souvent à Montréal. Surtout, me discipliner pour le travail, arrêter de faire des journées de huit et neuf heures sans prendre le temps de manger le midi. Aujourd'hui je me sentais un peu malade, nausées et frissons, quelque chose comme un rhume ou une allergie, il faisait un froid de loup dans la maison, gelée blanche dehors. J'ai pris congé. Par chance, le mercure a remonté un peu et cet après-midi il fait beau soleil. Je ne me poserai même pas la question qu'est-ce que je fais maintenant. Je vais le faire. Passer un autre hiver. C'est le temps de récolter les pommes de terre, bientôt les carottes et les raisins. Les prunes sont mûres. Faire d'autres pots de confitures et de liqueurs avec les petits fruits sauvages. Rouges. Tout cela me donne furieusement envie de changer le design du journal. Encore. Failli ne pas me rendre compte qu'il a huit ans aujourd'hui. Oserai-je entamer un neuvième volume tout de suite ou attendre janvier 2009 ? Je n'écris plus beaucoup, seulement 47 pages depuis janvier. C'est pas une grosse moyenne au bâton comme diraient les sportifs de salon. Tiens, je vais aller nous chercher un gâteau d'anniversaire genre gif animé full kitsch. Et vous remercier tous qui lisez, de près ou de loin. Love.

gâteau d'anniversaire

Oups. Y manque une bougie.

_______________________

Commentaires :

le 23 septembre 2008 à 1h03 [UTC-5], kali a écrit :

Joyeux anniversaire Annie et encore plein de belles années d'écriture et de lecture à venir, j'espère... Et décidemment cette maison ne veut pas te lâcher, on dirait, bon courage !! Love aussi !


le 23 septembre 2008 à 6h33 [UTC-5], annie a écrit :

Bonjour Kali. Merci beaucoup pour tes bons souhaits. En effet, on dirait que cette maison ne veut pas me lâcher ou que je la lâche tout de suite. Alors je la garderai encore un peu...


le 26 septembre 2008 à 5h04 [UTC-5], Nathalie M a écrit :

Peut-être que tu avais encore des choses à y faire dans cette maison, que ce n'était pas vraiment mûr. Un hiver à écrire au chaud dans la campagne gelée, il en manquait peut-être un.


le 26 septembre 2008 à 8h04 [UTC-5], annie a écrit :

Peut-être bien, Nathalie. C'est ce que je me dis aussi. Il manquait peut-être un hiver au récit, « au chaud dans la campagne gelée ».