53. jolis champignons, madame

2007.07.21_champignon.jpg

Impossible de les manquer. Dès les premiers rayons du soleil, ils se sont allumés sur l'herbe mouillée, aussi ronds et laqués que des lanternes chinoises dans un vacarme épouvantable fait de gazouillis d'oiseaux et tout le reste : comme tous les samedis et dimanches matin, le petit-fils de ma vieille voisine coupe le gazon autour de sa maison, assis sur un petit tracteur-tondeuse, il maintient la surface aussi rase, fournie et verdoyante qu'un terrain de golf.

Chez-moi, l'herbe pousse un peu n'importe comment, j'avais semé des fleurs sauvages et du trèfle blanc et ça forme des couvre-sol courant partout et des petits tapis fleuris qu'il n'est pas nécessaire de couper aussi souvent, et qui sont plus doux pour le corps lorsque je sors marcher nu-pieds dans la rosée.

C. me regarde photographier mes champignons, sous le grand sapin. Il salue. Il rit. Sont-ce des amanites tue-mouches ? S'imagine-t-il que je vais les cueillir et les manger ?

2007.07.21_fourmisurchampignon.jpg
2007.07.21_troischampignonsbis.jpg
2007.07.21_champignonseul.jpg

Je ne connais rien aux champignons. Pas grand chose, en tout cas, mais je suis certaine que ce ne sont pas des bolets, ni des chanterelles. Probablement une sorte d'amanites. Même s'ils étaient comestibles, et sûrement très bons et délicieux, je n'y toucherais pas. Sont trop beaux.