46. jusqu'à demain

Voilà un autre week-end qui s'achève ; je repartirai vers la ville en fin de matinée. Beau soleil toute la journée de vendredi, un peu de temps gris et frais hier. Écrit. Dessiné. Et ce matin, re-soleil.

J'avais espéré un peu de pluie pour mon samedi. J'aurais fermé les rideaux, me serais installée devant un feu flamboyant, allumé des bougies. Je me suis promenée dans le jardin et devant la maison. Me suis rendue au centre de jardinage, acheté de la semence de gazon « rustique », des sacs de terre noire et de l'engrais bio sans phosphates, de la semence de trèfle blanc et des gants de jardinier. Ceux de l'an dernier sont tout déchirés.

Beaux couchers de soleil multicolores. Arbres couverts de minuscules bourgeons. Les crocus sont déjà flétris. Ils étaient en boutons il y a une semaine ; je les aurai admiré durant une seule journée. Il y a des merles au ventre rouge qui volent partout. Les petits trognons rouges et verts des pousses de rhubarbe et d'asperge percent le sol, déjà.

2007.04.27_crocus.jpg

Durant deux jours, de deux à sept heures j'ai lu Colette. Deux jours de paix savoureuse : je me suis couchée dans l'herbe pour écouter chanter le vent/écouter chanter l'herbe des champs...

Le travail à Montréal est toujours aussi épuisant. Dimanche dernier je me suis installée dans un nouveau meublé, un trois pièces sur la rue Garnier, entre Mont-Royal et Gilford. Très douillet, avec une petite cour. Silencieux à souhait. Je pourrais dormir comme une bienheureuse, mais voilà que le stress me réveille, et je connais bien la cause de ce stress. J'ai songé à quitter ce travail et revenir à la campagne, mais c'est une décision lourde de conséquences. Je me suis donné jusqu'à demain pour réfléchir encore et faire un choix.

J'écris cette page au petit matin, en me levant. Il me reste à boire un café, à manger un peu. Et avant de repartir vers la ville, avant de rouler quatre heures sur l'autoroute tranquille du dimanche, je sortirai marcher, écouter chanter l'herbe, et je suivrai les conseils qu'elle voudra bien me souffler à l'oreille.