la question des chapitres

Quand un journal s'allonge et qu'il s'étire dans tous les sens et qu'il n'en finit plus, la chose commence à ressembler un peu à un livre. Alors avec plus de trois ou quatre mille pages [équivalent papier] j'en conclus qu'il serait à peu près temps que je mette un peu d'ordre dans tout ce fatras.

J'ai déjà une division en Volumes, qui correspondent grosso modo aux années de publication, mais à l'intérieur de mes sept volumes j'ai subdivisé la matière afin de classer les pages sous quelques-uns des thèmes récurrents sinon parfaitement redondants qui font de ce journal ce qu'il est, soient :

  • * Hygiène du journal online [ou mes neverending cogitations égotistes sur la tenue d'un journal intime public] ;
  • * Les désarrois de l'élève Strohem [ou les débordements et retailles d'un journal de création, autrement dit le peu que je peux livrer de mon lent apprentissage de la lecture et de l'écriture] ;
  • * Le vertigineux vide d'essence des endives [ou réflexions diverses en vrac sur l'existence la vie et tout le reste et autres dérives poético-philosophiques] ;
  • * Comment ne pas faire l'amour avec un nègre sans se reposer [ou certaines pages de mon Love & Writing Project et une manière de suite d'icelui sinon mes alléchantes chroniques de cuisine et de jardinage qui font la joie des internautes et autres grincheux] ;
  • * Voyages au bord du fleuve et dans les forêts de Kamouraska avec un petit carnet dans la poche de mon parka [ou notes et photos issues de mes balades] .

J'en ai pas oublié ? Non ? OK. En ligne bientôt.

Et puis pour bien inaugurer ce jour fertile en sages décisions, j'ai relâché le premier volume [Entrée libre] via movable type [accessible depuis la rue des archives]. Et puis j'ai viré la bup. Fait du bien.

J'y pense : il y avait des catégories dans le volume 1 du Love and Writing Project. Je vais essayer de voir si certaines d'entre elles peuvent encore tenir la route. Et si oui, je les repiquerai ici tout en douceur.