tourbillons

Comme prévu, j'ai fait le tour de quelques librairies hier. J'ai eu la chance de trouver plusieurs des livres que je cherchais. J'étais en compagnie de la charmante N. qui m'a aidée à chercher avec son petit coeur un peu trop triste ces temps-ci. Il y a des jours, j'aimerais être une fée pour amener la joie à mes proches quand ils ont trop de peine. Mais jai beau appeler de tous mes voeux la venue d'une baguette magique, je devrai éternellement et jusqu'à la fin des temps me contenter de la réalité qui ne m'a donné que des yeux et des oreilles pour regarder et écouter, et un coeur à la bonne place pour ressentir la compassion et exprimer sans les mots : j'ai trop de peine pour toi, et avec toi je suis, toujours, alors je te prends le bras et je te dis : tu es belle N., le sais-tu ma belle que tu es si trop belle et alors elle sourit et nous marchons le nez au vent sur la rue Mont-Royal dans un dernier jour de novembre doux comme un printemps.

Je ne suis peut-être pas une fée mais j'ai eu la chance de trouver quelques livres d'Hubert Aquin qui manquaient à mes lectures, dont trois selon la vieille édition du Cercle du livre de France, qui datent des années soixante et soixante-dix : Trou de mémoire (1968), Point de fuite (1971) et Neige noire (1978). Trou de mémoire a déjà appartenu à Geneviève Pigeon, son nom est écrit dedans avec son numéro de téléphone.

Moi, je ne connais pas de Geneviève Pigeon, et vous ? Je me demande quelle tête elle ferait si je lui téléphonais pour lui dire que j'ai en main le livre qu'elle a vendu ou donné...

Ou peut-être se l'était-elle fait voler ou emprunter, qui sait ? J'ai aussi trouvé le Journal 1948-1971, BQ (1992), et Blocs erratiques, Quinze (1977). Il faudra que je retourne bouquiner aujourd'hui afin de mettre la main sur le reste, surtout le Signé Hubert Aquin de Sheppard et Yanacopoulo. Cette histoire d'aliénicide continue de me tracasser. Dès que j'y verrai un peu plus clair, j'écrirai quelques mots là-dessus.

Au programme aujourd'hui - je crois qu'il neige enfin... -, coiffeur, cafés et rencontres, librairies et bibliothèques. Après, souper spécial moules-frites du vendredi en compagnie de C. et N.

Liste des livres à trouver aujourd'hui [ou demain] : toujours de H.A., Mélanges littéraires 1 et 2 + Récits et nouvelles. Et puis Alain Fournier, Lettres à Jacques Rivière ; Jean-Guy Rens, La mort du coyote ; Soren Kierkegaard, Le concept d'angoisse ; Georg Büchner, Woyzeck ; Max Jacob, L'art poétique et finalement Alain Borne, Le sens de l'humain. Ne pas chercher de liens entre Aquin et ces livres, j'en ai simplement besoin pour réfléchir à la question du vertige.